Mosquée fermée à Clichy : prière devant la mairie pour protester

  • A
  • A
Mosquée fermée à Clichy : prière devant la mairie pour protester
Prières de rue et rassemblements ont lieu depuis mercredi devant la mairie et devant l'ancien lieu de culte.@ AFP
Partagez sur :

Entre 1.200 et 2.000 personnes ont participé à une prière, organisée vendredi devant la mairie de Clichy-la-Garenne, pour protester contre la fermeture de leur lieu de culte.

Entre 1.200 et 2.000 fidèles musulmans ont participé vendredi à une prière organisée devant la mairie de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, pour protester contre la fermeture cette semaine de leur lieu de culte en centre-ville.

Réunies dans le calme vers 13 heures, 1.200 personnes selon la police, 2.000 selon les organisateurs, ont écouté le prêche de l'imam et différentes interventions sur une placette faisant face à l'hôtel de ville, avant de se réunir sur une partie du boulevard attenant pour prier, sous bonne garde des CRS et de leur propre service d'ordre. "Nous demandons au maire un lieu (de prière) digne et une solution définitive (...) Réclamez votre droit dans le calme et loin de tout débordement", a exhorté l'un des imams de la mosquée fermée, cheikh Abdoulhakim Badaoui.



"Clichois, musulman et fier de l'être". "On va continuer à faire ça (des prières dans la rue, ndlr) jusqu'à ce que le maire trouve une solution digne, qui réponde aux besoins des musulmans" de la ville, a indiqué Hamid Kazed, président de l'Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC). "On n'est pas des Français de seconde zone. Moi, je suis français, clichois, musulman et fier de l'être", a-t-il lancé au micro.

Prières de rue et rassemblements ont lieu depuis mercredi devant la mairie et devant l'ancien lieu de culte. La police avait évacué mercredi matin la salle de prière d'Estienne d'Orves, au terme d'un long bras de fer entre la mairie LR qui veut en faire une médiathèque et l'UAMC qui la gérait et refusait de quitter les lieux malgré une injonction de justice.



Une nouvelle mosquée jugée trop excentrée. Cette salle avait été aménagée sous la précédente municipalité PS et louée sous un "bail précaire" à l'UAMC, qui voulait la racheter. À l'échéance du bail, le nouveau maire Rémi Muzeau, élu en 2015, avait décidé de transformer en médiathèque le lieu, qui accueillait quotidiennement de 3.000 à 5.000 fidèles.

L'édile avait parallèlement inauguré en mai un nouveau lieu de prière dans sa ville, à 1,5 km de là. Mais l'UAMC juge cette mosquée des Trois-Pavillons excentrée, mal desservie par les transports en commun et trop exiguë.

Prier "entre une décharge et une casse". "Je n'ai pas envie que mes enfants prient entre une décharge et une casse, mais dans le centre-ville, au milieu des autres concitoyens", a clamé devant les fidèles Marwan Muhammad, directeur du Collectif contre l'islamophobie en France. "Cette ville dit quelque chose de la diversité" française, mais le maire, notamment en évacuant la mosquée du centre "veut se débarrasser des couches populaires à Clichy, comme cela s'est passé à Levallois-Perret", commune LR limitrophe, a-t-il ajouté.

Le maire se dit "très proche des musulmans" de sa ville. Le maire, qui dément cette intention et se dit au contraire "très proche des musulmans" de sa ville, a indiqué vouloir transformer "dans les trois ans" le local évacué et un terrain adjacent en "grande médiathèque de 3.500 m2". Il s'est par ailleurs félicité que "beaucoup de Clichois" aillent depuis mercredi prier dans la mosquée des Trois-Pavillons.