Johnny Hallyday "s'est battu comme un lion", confie son médecin

  • A
  • A
Partagez sur :

Le Professeur David Khayat, cancérologue, s'est confié sur le combat du chanteur mort mercredi.

"Un homme d'un très grand courage". Voilà comment David Khayat décrit Johnny Hallyday. Le cancérologue de 62 ans soignait depuis octobre 2016 le rockeur, mort d'un cancer du poumon à l'âge de 74 ans. Il s'est confié vendredi dans les pages du Parisien sur les derniers moments de l'artiste, avant qu'il s'éteigne dans la nuit de mardi à mercredi.

"Il n'a rien lâché". "J'ai été ébloui par sa force et émerveillé par l'amour qu'il portait à Laeticia et ses enfants et par celui qu'il recevait en retour", rapporte le médecin. Face à la maladie, "il s'est battu comme un lion, jusqu'à la fin, il n'a rien lâché", précise-t-il. Hospitalisé à domicile depuis novembre, il a bénéficié jusqu'à la fin "du meilleur accompagnement, que ce soit en termes humains ou médicaux". 

"Chanter lui faisait du  bien". Le cancérologue souligne aussi la volonté de Johnny Hallyday de profiter de la vie jusqu'au bout, notamment quand il est remonté sur scène en juin lors d'une tournée des Vieilles Canailles : "Pour lui, c'était capital". "Il a choisi de continuer à chanter et cela lui faisait du bien", souligne David Khayat, qui précise néanmoins que pour réussir cette performance, il a fallu "faire en sorte qu'il puisse se maintenir physiquement pour assurer ses shows", sans pour autant dévoiler ce qui relève du secret médical. 

"Un symbole d'espoir". Cette envie de vivre malgré le cancer fait de Johnny Hallyday "un symbole d'espoir et de courage" pour toutes les personnes frappées par cette maladie. Le chanteur voulait "leur dire : 'vivez, profitez de chaque instant'", estime David Khayat. Selon lui, c'est dans ce but qu'il a officialisé sa maladie : "Il n'avait aucun stigmate visible, il aurait pu cacher son cancer. Il a choisi de le mettre en lumière pour que cela puisse aider tous les malades".

ARCHIVES - Johnny Hallyday : sa toute première interview au micro d'Europe 1 :