Michèle Naudin : "Mon mari est un trophée pour la République dominicaine"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'épouse de Christophe Naudin, détenu à Saint-Domingue pour son implication dans l'évasion des deux pilotes français de l'affaire "Air Cocaïne", était l'invitée d'Europe 1, mercredi.

Mardi soir, la justice dominicaine a décidé du maintien en détention provisoire du Français Christophe Naudin, soupçonné d'avoir organisé l'évasion des deux pilotes de l'affaire dite "Air Cocaïne, en octobre 2015. L'appel de ce criminologue, qui contestait son extradition en mars, d'Egypte, où il se trouvait pour son travail, vers la République Dominicaine, a été rejeté par deux des trois juges d'un tribunal local. Une décision "politique" selon Michèle Naudin, épouse du Français et invitée d'Europe 1, mercredi.

Des irrégularités dans la procédure d'extradition. "Nous avions un petit espoir d'une remise en liberté hier soir", a confié Michèle Naudin. "Un juge a admis qu'il y avait une violation du droit international", a-t-elle poursuivi, y voyant "un point positif : même la justice dominicaine reconnaît l'illégalité de l'extradition." Car pour l'épouse de Christophe Naudin, cette illégalité ne fait aucun doute. "En 24 heures, son avocat dominicain a identifié dix irrégularités dans la procédure d'extradition. Le juge qui avait signé le mandat d'arrêt n'avait aucune compétence dans ce domaine, le mandat se limitait au seul district de Saint-Domingue, donc il n'était absolument pas un mandat d'arrêt international…", assure-t-elle.

Une promenade en deux mois. Michèle Naudin n'a pas pu parler avec son mari depuis la décision du tribunal de Saint-Domingue. "On m'a refusé un contact téléphonique avec lui", assure l'épouse du Français, preuve selon elle de l'acharnement dont est victime son mari. "En prison, il n'a jamais le droit de sortir, même pour aller manger. Il a juste le droit de quitter sa cellule le dimanche, pour arpenter le couloir", raconte-t-elle, affirmant que Christophe Naudin n'a pu effectuer qu'une seule promenade en deux mois.

"Il doit louer des articles qu'il a le droit d'avoir, on lui a attribué la tenue des condamnés dès son arrivée : il n'a pas des conditions de détention normale", assure Michèle Naudin. Pour elle, son mari est "un trophée" pour la République dominicaine : "Hier, le procureur a fait appel au patriotisme des juges. On est sur un aspect totalement politique du dossier", juge-t-elle.  

"Abandonné par son pays". "Encore très combatif", Christophe Naudin se sent "abandonné par son pays" selon son épouse. "Il a le sentiment d'avoir toujours œuvré dans l'intérêt de son pays", explique-t-elle. "Il ne comprend pas que face à autant d'irrégularités, on le laisse croupir en prison." L'épouse du Français indique par ailleurs n'avoir "jamais eu de réponse sur la position de l'administration française sur l'illégalité de son mandat d'arrêt".

Pour autant, Michèle Naudin affirme que son époux "ne regrette pas" d'avoir aidé les deux pilotes à s'évader. "Mon mari a été très touché par leur sort. Il a vu le fonctionnement de la justice dominicaine, les reports permanents, l'absence de possibilité de se justifier", raconte-t-elle. "C'est sa nature, il s'engage pour des causes dans lesquelles il croit, même en se mettant en danger."

Aujourd'hui, l'épouse de Christophe Naudin dit vivre, avec ses deux garçons, "un quotidien triste et sans grand espoir." "Tous les jours, on s'interroge sur la manière d'obtenir des fonds pour payer les avocats, d'améliorer ses conditions de détention", assure-t-elle. Michèle Naudin ne s'est pour l'instant pas rendu en République dominicaine pour voir son mari : "Il a peur des conditions de visite. J'irai un jour, mais sans mes enfants : je n'ai aucune confiance en ce pays."