Meurtre de deux prostituées à Paris : six hommes présentés à la justice

  • A
  • A
Meurtre de deux prostituées à Paris : six hommes présentés à la justice
En août dernier, deux corps de prostituées avaient été découverts dans le 17e arrondissement, l'un dans un appartement calciné, l'autre dans une cave. Image d'illustration.@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Les enquêteurs les soupçonnent d'avoir participé aux meurtres d'août dernier ou d'avoir aidé à la dissimulation des corps. 

Six hommes, âgés de 20 à 28 ans, soupçonnés d'avoir participé et tenté de dissimuler le meurtre de deux prostituées à Paris cet été, ont été déférés au parquet de Paris, a déclaré jeudi une source proche de l'enquête, confirmant une information de LCI/TF1.

Mort suspecte d'une proxénète dans un incendie. Comme l'a appris Europe 1 mercredi, l'enquête a débuté le 3 août après l'incendie criminel et la découverte du corps calciné d'une femme d'un appartement du 17e arrondissement de Paris. Il s'agit de la locataire de l'appartement : une prostituée espagnole de 26 ans qui jouait aussi un rôle de proxénète au sein d'un réseau. Les investigations des policiers du 3e district de la police judiciaire parisienne les mènent à un homme de 25 ans, gravement brûlé, interpellé fin août dans un hôtel parisien. Le suspect, peu loquace et déjà connu de la police pour incendie volontaire, est mis en examen et placé en détention provisoire.

Un corps dans une cave. L'enquête se poursuit et révèle la disparition d'une deuxième prostituée du réseau la veille de l'incendie du 3 août. Les policiers parviennent à retrouver le corps de cette Colombienne de 26 ans, tuée à l'arme blanche, dans une cave du 17e arrondissement de Paris. D'après les premiers éléments de l'enquête, la victime semble avoir été tuée dans l'appartement incendié quelques heures avant, avant d'être transportée ailleurs.

Mobile encore inconnu. Six hommes, en lien avec ce réseau de prostitution, sont arrêtés lundi en région parisienne et dans le sud de la France, par les policiers qui les soupçonnent d'avoir participé au meurtre ou d'avoir aidé à la dissimulation des corps. "Le mobile reste encore à définir", a précisé une source proche de l'enquête.