McDonald's propose désormais des couverts

  • A
  • A
McDonald's propose désormais des couverts
Il sera désormais possible de manger son burger avec des couverts chez Mcdonald's.@ JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

McDonald's accélère sa montée en gamme et va désormais proposer des couverts en plastique recyclable dans ses 1.400 restaurants français.

Les 1.400 restaurants McDonald's français vont désormais proposer des couverts en plastique recyclable, pour accompagner l'offre de burger gourmet de l'enseigne de restauration rapide. "On assiste depuis quelques mois à une réorganisation du marché du burger, à une multiplication des offres, entre autres cette offre de burger gourmet, donc en tant que pionnier et leader, il était essentiel de se positionner", a expliqué Xavier Royaux, senior vice-président en charge du marketing de McDonald's France.

"Une évolution et non une rupture." "Pour la première fois, les clients pourront déguster leur burger 'Signature', avec une fourchette et un couteau, du jamais vu chez McDonald's", précise le groupe de restauration rapide dans un communiqué. Une petite dizaine de restaurants ont essayé le service avec des couverts. Cela va se généraliser à l'ensemble du territoire français dès mardi. "Les couverts constituent une évolution et non une rupture, à l'instar de ce qu'on a pu faire avec le service à table, désormais présent dans plus de 80% de nos restaurants", a souligné Xavier Royaux.

"Il faut garder une cohérence." L'offre de burger gourmet est proposée à environ 13,60 euros quand un menu classique s'élève entre 7,50 et 8,50 euros. "C'est une obligation d'aller dans cette direction en raison du développement de la montée en gamme de ce segment mais il faut garder une cohérence. (McDo) ne va-t-il pas décrédibiliser les burgers mangés avec les doigts, juste à côté de ceux mangés avec des couverts dans un même établissement ?", s'interroge Nicolas Nouchi, responsable des études au sein de CHD Expert Group.

"Le risque est d'avoir une consommation avec un double traitement et donc d'un restaurant à double vitesse", poursuit-il avant d'estimer que "le vrai sujet est de savoir combien de temps encore le burger va perdurer dans cette dimension haut de gamme". Pour lui, il y a un risque que le consommateur "se lasse de cette offre qui se banalise".