Martinique : retour en vigilance jaune, mais "la vigilance reste de mise"

  • A
  • A
Martinique : retour en vigilance jaune, mais "la vigilance reste de mise"
@ Twitter @WRenard
Partagez sur :

Manuel Valls a promis que les communes touchées seront bientôt classées en état de catastrophe naturelle

Malgré "une nette amélioration des conditions météorologiques", avec le retour du soleil, "la vigilance reste de mise". Vingt-quatre heures après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la Martinique et les inondations qui s'en sont suivies, le niveau de vigilance est toutefois redescendu d'un cran, samedi après-midi, passant de l'orange au jaune, selon le bulletin publié par Météo-France.

La cellule de crise maintenue. Dans un communiqué publié samedi soir, le préfet a décidé "le maintien du COD (cellule de crise) en veille active en raison des cumuls d'eau depuis 48 heures car des difficultés localisées (éboulements sur les voies, glissements de terrain, inondations de maisons) ne peuvent être exclues".

"Tout le monde a pris part au nettoyage du centre bourg". Fabrice Rigoulet-Roze, le préfet de Martinique, s'est rendu samedi soir à Rivière-Pilote, la commune du sud la plus touchée par les inondations, auprès des populations sinistrées. "Je voulais témoigner à la population de la solidarité de l'Etat et voir avec le maire si les moyens mis en place par la commune étaient suffisant", a confié à l'AFP le préfet Rigoulet-Roze."Tout le monde a pris part au nettoyage du centre bourg", a-t-il précisé en se félicitant d'un grand "mouvement de solidarité"  manifesté par les habitants dès le matin.

Les communes touchées classées en état de catastrophe naturelle. Interrogé sur le montant des dégâts provoqués par les inondations dans le centre-bourg de Rivière-Pilote, le préfet a indiqué à l'AFP qu'ils étaient "en cours d'évaluation". Il s'est en outre fait l'écho d'une première estimation avancée par le maire de la commune selon lequel le centre bourg avait été impacté par les eaux et la boue à "80-90%". Selon le préfet, les services des routes départementales ont estimé à 1,5 millions d'euros le montant des dégâts. Manuel Valls a promis que les communes touchées seront bientôt classées en état de catastrophe naturelle