Marche des Fiertés : l'IDF continue de subventionner, mais supprime son char

  • A
  • A
Marche des Fiertés : l'IDF continue de subventionner, mais supprime son char
Partagez sur :

Pour certains, la suppression de ce char "tient au fait que dans les rangs de la majorité du Conseil régional, on trouve des membre de la Manif pour tous". 

La Région Ile-de-France continuera de subventionner la Marche des Fiertés (ex Gay-Pride), à Paris, "devenue symbole de la lutte contre l'homophobie", a annoncé Valérie Pécresse (Les Républicains), la gauche déplorant toutefois mercredi la suppression du char de la Région.

Financements maintenus pour la Gay Pride. "Nous financerons et continuerons de financer la Marche des Fiertés, devenue un symbole de la lutte contre l'homophobie", a déclaré la présidente de Région lors d'une conférence de presse, rappelant que cette manifestation "est interdite dans un certain nombre de pays". "Cela justifie que l'on continue à la subventionner", a-t-elle ajouté, "même si nous ne partageons pas les points de vue politiques", qui peuvent s'exprimer dans cette marche.

"Un signal négatif" après la tuerie d'Orlando. Mais la Région va cependant supprimer son char, qui défilait chaque année lors de la manifestation. "La Gaypride s'est vu retirer la possibilité d'avoir un char de la Région Île-de-France, malgré le dépôt d'un amendement écologiste demandant seulement 7.000 euros", a déploré mercredi le groupe EELV dans un communiqué. "La marque de l'institution régionale, la fierté d'y apposer le logo de la Région sur un char de la Marche des Fiertés est un symbole fort auquel Valérie Pécresse renonce. Au lendemain de l'attaque terroriste homophobe et meurtrière à Orlando, c'est un signal très négatif lourd de symboles", ajoute le groupe écologiste.

Derrière cette décision, la Manif pour Tous ? Le groupe PS a également déploré la suppression de ce char au logo de la Région, ce qui réduit de 17% la subvention à la Marche des Fiertés, a indiqué Carlos Da Silva. Pour lui, la suppression du char "tient au fait que dans les rangs de la majorité du Conseil régional, on trouve des membre de la Manif pour tous".