Manifestations de policiers à Toulouse et Lille

  • A
  • A
Manifestations de policiers à Toulouse et Lille
À Toulouse, les policiers en civils, accompagnés de leurs familles et de Toulousains venus les soutenir, se sont rassemblés sous la pluie vers 15h place du Capitole.@ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

Environ 300 policiers, accompagnés de plusieurs sympathisants, ont défilé samedi à Toulouse, quand un centaine a manifesté à Lille.

"Police au rabais, citoyens en danger" : quelque 300 policiers et sympathisants ont manifesté samedi dans le centre-ville de Toulouse, et une centaine se sont rassemblés à Lille.

Les pompiers solidaires. À Toulouse, les policiers en civils, accompagnés de leurs familles et de Toulousains venus les soutenir, se sont rassemblés sous la pluie vers 15h place du Capitole. Des camions de pompiers, applaudis par la foule, ont circulé à proximité toutes sirènes hurlantes. En tête du cortège qui s'est élancé vers 16h, un cercueil noir en carton recouvert d'un drapeau tricolore, porté par quatre policiers. Derrière eux, un large panneau juché sur une camionnette clamait : "Malmenés mais pas résignés. Police au rabais, citoyens en danger".



"On veut des réponses rapides". "On poursuit le mouvement parce que les propositions négociées avec les syndicats ne sont pas du tout satisfaisantes", a estimé Marie, une policière toulousaine, citant notamment la réforme de la légitime défense. "On n'a pas de calendrier", a-t-elle poursuivi. "Il y a des déclarations d'intentions, mais pour l'instant on a plus l'impression que le gouvernement joue la montre avant les élections présidentielles. Nous on veut des réponses rapides". Détaillant une "gestion hiérarchique de plus en plus tyrannique, la course au chiffre, le manque de moyens", un policier de 50 ans juge aussi : "On a une certaine expérience des effets d'annonces."

Les manifestations continuent. À Lille, une manifestation de policiers a rassemblé samedi vers midi un peu plus de 100 policiers sur la place de la République. Des manifestations avaient rassemblé mercredi soir plusieurs centaines de policiers à Nantes, Marseille et Toulouse, tout comme vendredi soir, où ils étaient notamment 500 à Béziers et 700 à Lyon.

À Marseille jeudi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a demandé aux policiers de "s'exprimer librement", mais sans "remettre en cause les règles", rappelant notamment qu'il leur était interdit d'utiliser les véhicules de police dans des manifestations. Les policiers manifestent régulièrement à travers la France depuis le 17 octobre. Le 26, le ministre de l'Intérieur a annoncé une enveloppe de 250 millions d'euros et des mesures concernant notamment la légitime défense.