Manifestation à Paris pour un "premier tour social"

  • A
  • A
Manifestation à Paris pour un "premier tour social"
Les 2.000 manifestants réunis samedi à Paris ont averti "qu'il faudra faire avec la rue", à la veille du premier tour de l'élection présidentielle.@ AFP
Partagez sur :

Les 2.000 manifestants réunis samedi à Paris ont averti "qu'il faudra faire avec la rue", à la veille du premier tour de l'élection présidentielle.

Environ 2.000 manifestants, selon les organisateurs et la police, ont manifesté samedi à Paris à l'appel de syndicats et d'associations pour un "premier tour social" avertissant "qu'il faudra faire avec la rue" après la présidentielle, quel qu'en soit le vainqueur.

La manifestation, partie vers 15h30 de la place de la République, s'est dispersée vers 17h30 place de la Bastille sans incident et au son de l'Internationale. Quelques heurts entre des militants autonomes, pour la plupart cagoulés, et la police, ont néanmoins émaillé le cortège. Des "projectiles" ont été jetés sur les forces de l'ordre et un policier a été "très légèrement blessé", selon la police.

Environ 70 organisations avaient appelé à manifester, dont de nombreux syndicat d'entreprises ou structures locales , ainsi que des collectifs et associations comme Droits Devant ! et le mouvement "La Picardie debout" du journaliste François Ruffin, à l'initiative de Nuit debout.



Une initiative inédite. Les manifestants ont défilé derrière une banderole affichant "22 avril, premier tour social, tous dans la rue". Ils ont scandé des slogans comme "Grève générale dans tous les pays, en Guyane comme à Paris !", aux sons mêlés d'une fanfare, de tam-tams et de sonos diffusant Antisocial du groupe Trust ou sur de la musique de film.



Inédite à la veille d'un premier tour d'élection présidentielle, cette initiative n'était pas soutenue par les centrales syndicales au niveau national. Les organisateurs la présentent comme un "tour de chauffe" avant un "troisième tour social", ainsi qu'une poursuite de la mobilisation contre la loi travail. "Souvent après des élections, il y a un troisième tour social. Nous, on dit que quel que soit le candidat élu dans 15 jours, on compte faire valoir nos revendications sociales", explique une syndicaliste soulignant la "convergence d'une énergie revendicative née avec la loi travail, pour dire qu'il faudra faire avec la rue".



"C'est à la rue d'imposer son programme social". Un autre syndicaliste a estimé que "le 15 septembre, on a eu un goût d'inachevé" après la dernière manifestation contre la loi travail, qui avait mobilisé la rue pendant des mois. "Depuis janvier, on a recensé 250 mouvements sociaux par jour mais ils sont tous dispersés", a expliqué le syndicaliste, affirmant que la manifestation de samedi est "une première étape".



"On veut dire avec force que, quel que soit le résultat de l'élection, c'est à la rue d'imposer son programme social. Tout dans ce pays a été obtenu par la mobilisation: 1936, mai 68, n'étaient dans aucun programme". Les organisateurs se sont donné rendez-vous le 1er mai.