Loi Travail: un lycéen, accusé de tentative d'homicide sur un policier, remis en liberté sous contrôle judiciaire

  • A
  • A
Loi Travail: un lycéen, accusé de tentative d'homicide sur un policier, remis en liberté sous contrôle judiciaire
Le lycéen est accusé de tentative d'homicide sur un policier lors d'une manifestation contre la loi Travail (photo d'illustration) @ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Le jeune homme, dont le casier judiciaire est vierge, a été placé en détention provisoire en mai dernier pour "tentative d'homicide" envers un policier, lors d'une manifestation contre la loi Travail. 

Un lycéen au casier judiciaire vierge, placé en détention provisoire en mai dernier pour "tentative d'homicide" envers un policier lors d'une manifestation à Nantes, a été remis vendredi en liberté sous contrôle judiciaire, a-t-on appris auprès du parquet général.

L'enquête se poursuit. "La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes a confirmé l'ordonnance du juge d'instruction de placement sous contrôle judiciaire", a-t-on précisé. Le parquet de Nantes avait fait appel de l'ordonnance de mise en liberté du jeune homme sous contrôle judiciaire mais la chambre de l'instruction l'a confirmée vendredi, s'est réjoui l'avocat du jeune homme, Me Antoine Barrière. "L'enquête se poursuit", a-t-il ajouté.

Une quinzaine de points de suture. Lors d'une manifestation contre la loi Travail le 3 mai dernier à Nantes, un policier qui s'était retrouvé isolé avait été pris à partie par un groupe de manifestants. Suite à un balayage, le policier s'était retrouvé au sol et avait été frappé à la tête à coups de pieds et de barre de fer. Ses blessures avaient nécessité une quinzaine de points de suture à la tête et au visage. Interpellé lors d'une nouvelle manifestation une dizaine de jours plus tard, le lycéen, inconnu des services de police, avait été mis en examen pour "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique".

Selon son avocat, le jeune homme ne faisait pas partie du groupe qui a frappé le policier. Le lycéen a prévu de passer la semaine prochaine le bac professionnel auquel il n'a pu se présenter en juin, a indiqué Me Barrière.