Loi Travail : sept Français sur dix pour le retrait du texte

  • A
  • A
Loi Travail : sept Français sur dix pour le retrait du texte
Manifestation, loi Travail@ MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :

Près de sept Français sur dix (69%) sont favorables au retrait du projet de loi Travail "pour éviter un blocage du pays", selon une enquête BFMTV.

Les débats politiques sur la loi Travail s'enlisent et le soutien populaire n'est pas non plus au rendez-vous. Près de sept sur dix des français (69%) sont favorables au retrait du projet de loi Travail "pour éviter un blocage du pays" et une forte majorité tient François Hollande et Manuel Valls pour responsables des tensions sociales actuelles, selon un sondage Elabe publié mercredi.


>> Projet de loi El Khomri : ce qu'il pourrait changer pour les salariés, à lire ici.

2/3 des sympathisants de gauche veulent le retrait du texte. A la question "le gouvernement doit-il retirer le projet de loi Travail?", 47% des personnes interrogées répondent "oui, tout à fait" et 22% "oui, plutôt". A l'opposé, 17% jugent qu'il ne doit "pas vraiment" et 14% "pas du tout" le retirer, selon cette enquête pour BFMTV*. Deux tiers des sympathisants de gauche, 65%, et 46% des proches du seul Parti socialiste, pensent qu'il faut retirer le texte. C'est également le cas de 54% des sympathisants de droite et de 77% de ceux du Front national. 

Responsabilités partagées. Six Français sur dix (59%) désignent François Hollande et Manuel Valls, "qui refusent d'apporter de nouvelles modifications au projet de loi", comme les principaux responsables des tensions. A l'inverse, pour 40% des personnes interrogées, ce sont "les organisations syndicales comme la CGT, qui refusent tout compromis" et demandent le retrait du texte.

Les Français, divisés sur les blocages. Enfin, une courte majorité de Français (52%) n'approuve pas les actions (blocages, appels à la grève...) pour s'opposer à la loi (29% pas vraiment et 23% pas du tout). A l'inverse, 26% les approuvent "tout à fait" et 22% "plutôt".

*Enquête réalisée en ligne les 24 et 25 mai auprès d'un échantillon de 1.000 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.