Loi Travail : "j'irai manifester malgré l'interdiction !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'interdiction de manifester de jeudi n'est pas du goût de tous. Au PS, des voix s'élèvent contre cette décision. C'est le cas du député Alexis Bachelay. 

INTERVIEW

La décision est tombée mercredi matin, la préfecture de police de Paris interdit la manifestation de jeudi prévue à Paris contre la loi Travail. C'est une décision assumée du gouvernement qui ne fait toutefois pas l'unanimité au sein de la classe politique, à l'image du député socialiste Alexis Bachelay ou du frondeur Christian Paul. 


Mise à jour à 13 heures mercredi : les syndicats ont finalement obtenu le droit de manifester jeudi sur un parcours décidé par le ministère de l'Intérieur. Suivez l'évolution de la situation sur notre essentiel en direct

"J’irai manifester demain malgré l’interdiction". Invité du Grand direct de l'Actu sur Europe 1, Alexis Bachelay, député socialiste des Hauts-de-Seine estime que "cette interdiction est une mauvaise idée". "Nous avons tous été dans l’émotion suite aux dégradations constatées sur l’hôpital Necker lors de la dernière manifestation. Quelque part, le gouvernement a senti que c’était le moment d’instrumentaliser ces images pour justifier une décision qui est absurde et brutale", avance-t-il. Pour le socialiste, interdire les manifestations n'est pas du tout la bonne solution. "Nous rentrons dans la provocation donc cette interdiction ne sera pas respectée. Moi, j’irai manifester demain malgré l’interdiction. Je suis parlementaire et je défends les libertés du peuple ! Si l’exécutif prend une mauvaise décision, peu importe sa couleur politique, je suis là, moi, pour défendre les libertés publiques", s'est-il ainsi insurgé. 

"C’est une déclaration de guerre !". Benjamin Amar, le responsable de la politique revendicative de la CGT du Val-de-Marne, est sur la même ligne. Lui aussi invité du Grand direct de l'Actu, le syndicaliste évoque "une déclaration de guerre ! Et en plus, les raisons évoquées sont sidérantes". Parmi les raisons évoquées par les autorités justement, figure la présence de casseurs lors des récentes manifestations. Un argument que refuse en bloc Benjamin Amar. "On avait proposé des parcours plus courts sur lesquels moins de vitrines étaient exposées aux éventuels casseurs. Les casseurs en plus ne sont pas du tout un phénomène nouveau, ils existent depuis toujours et on n’a pas interdit les manifestations avant. La violence n’est pas dans les rangs de la CGT. Le problème vient des casseurs que le service d’ordre de la CGT tente de repousser du cortège", s'est-il agacé sur notre antenne. 

"La dernière fois qu’on a interdit une manifestation c’était pendant la guerre d’Algérie, alors j’aimerais qu’on arrive à me faire la démonstration que nous sommes actuellement dans la même situation qu’en 1961 ou 1962. Ce n’est pas le cas !", a d'ailleurs renchéri Alexis Bachelay.