L'inquiétant parcours de Youssouf Fofana en prison

  • A
  • A
Partagez sur :

Onze après l'affaire Halimi, Youssouf Fofana sera de nouveau devant un tribunal mardi pour des affaires datant du début des années 2000. Ce qui ressort de ses années de détention, c'est sa dangerosité.

Youssouf Fofana est de retour devant la justice. Onze ans après l'affaire Ilan Halimi, le chef du "gang des barbares" est jugé mardi pour une quarantaine d'affaires de tentatives d'extorsion contre des personnalités et des chefs d'entreprise. Les faits s'étaient déroulés entre 2002 et 2004, avant l'affaire Halimi. En tant que détenu, Fofana est toujours aussi compliqué à gérer et il pourrait bien bien profiter de la tribune qui lui sera offerte, mardi après-midi durant l'audience.

Il voudrait être missionné par l'Etat islamique. Selon les informations d'Europe 1, Youssouf Fofana a même préparé une sorte de discours pour le tribunal, lui qui porte la barbe et qui, en détention, a fait savoir aux surveillants qu'il espérait que l'Etat islamique le missionne pour passer à l'acte. Le détenu est obsédé par son image et jubilait quand un film sur l'affaire Halimi était sorti en salles : on parlait de lui. Quelle est la sincérité de ses provocations, lui qui fait du prosélytisme à travers ses barreaux ? Est-il un terroriste en puissance ? La certitude de l'administration pénitentiaire, c'est qu'il est dangereux.

Deux agressions de surveillants. Ces dernières années, il a agressé deux surveillants dans la prison hyper-sécurisée de Condé-sur-Sarthe (Orne), avec un couvercle de boîte de conserve pour le premier et avec un stylo planté dans la nuque pour le second. Il passe ses journées seul à l'isolement et ne veut même pas sortir de cellule. Il ne reçoit pas de visite non plus, hormis une fois de temps en temps, celle de sa mère, qui lui envoie chaque mois un peu d'argent. Quand les surveillants vont le voir, ils sont en tenue d'intervention. Fofana, lui, porte des lunettes de soleil, pour, nous dit-on, qu'on ne puisse pas savoir où il regarde.