Limitation à 80 km/h : Waze et Coyote se frottent les mains

  • A
  • A
Limitation à 80 km/h : Waze et Coyote se frottent les mains
@ SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :

Alors que la vitesse maximale sur les routes secondaires passe dès le 1er juillet de 90 à 80 km/h, les fabricants d'outils de navigation voient leurs ventes s'envoler.

Ils étaient déjà très demandés, ils vont l'être encore plus à partir du 1er juillet. Avec le passage de la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires qui entre en application, les fabricants d'outils de navigation, comme Coyote ou Waze, devraient être encore plus sollicités par les automobilistes français. 

98% des Français ont un doute sur la vitesse à respecter. Car, déjà aujourd'hui, 98% des conducteurs ont un doute sur la vitesse à respecter. Or, avec 36.000 points de permis retirés chaque jour en France, on ne plaisante plus avec les excès de vitesse ! Plutôt que de payer des amendes, les Français semblent plus enclin à investir dans un assistant de conduite.

Les ventes de Coyote explosent. Naturellement, l'entreprise française Coyote et l'appli israélienne Waze ont connu un fort engouement. La première a vu les ventes de ses boîtiers progresser de 30% alors que la seconde compte déjà dix millions d'utilisateurs en France et les abonnements se multiplient. Avec ces outils, les automobilistes ne cherchent pas forcément à repérer les radars, mais surtout à s'y retrouver parmi les multiples limitations qui fragmentent désormais un trajet. 

Dans Europe Soir, lundi, Frédéric Taddeï a animé un débat sur le passage à 80 km/h avec quatre spécialistes. Ecoutez-le ici : 


Un business porteur. Et l'automatisation de la conduite qui s'annonce laisse augurer un bel avenir pour ces outils de navigation. Quand on regarde le modèle économique de Waze, par exemple, on se rend compte que ce n'est pas le téléchargement de son application qui lui rapporte directement de l'argent, car elle est gratuite. Non, c'est bien la publicité, celle des enseignes devant lesquelles Waze fait passer les conducteurs pour un trajet donné. Les marques apparaissent sur la carte embarquée, à bord, et payent pour cela. C'est ni plus ni moins que l'affichage publicitaire autrefois installé sur le côté des routes qui s'invite désormais à bord des véhicules.