Les transsexuels dans les rues de Paris pour réclamer plus de droits

  • A
  • A
Les transsexuels dans les rues de Paris pour réclamer plus de droits
Partagez sur :

Mercredi, l'Assemblée nationale a voté la loi "Justice du XXIe siècle", qui facilite le changement d'état civil pour les transgenres. 

"Stop à la transphobie", "Des droits humains pour les personnes transgenres et intersexes", plusieurs centaines de personnes ont défilé samedi à Paris pour réclamer davantage de droits pour les personnes transsexuelles. "Nous voulons que le changement d'état civil soit libre et gratuit en mairie", a expliqué une porte-parole du collectif Existrans, qui organisait la 20e édition de la "Marche des personnes trans et intersexes".

"Il faut encore continuer à se battre". Mercredi, l'Assemblée nationale a voté la loi "Justice du XXIe siècle", qui facilite le changement d'état civil pour les transgenres. Le texte stipule que toute personne majeure ou mineure émancipée "qui démontre par une réunion suffisante de faits que la mention relative à son sexe à l'état civil ne correspond pas à celui dans lequel elle se présente et dans lequel elle est connue peut en obtenir la modification" devant un tribunal de grande instance. "Un premier pas", selon l'InterLGBT venue soutenir les trans samedi, mais "il faut encore continuer à se battre pour faire sortir le changement d'état civil des tribunaux", a souligné une porte-parole.

"C'est humiliant de devoir passer devant le juge". Perruque blonde, bagues et collants noirs sous une robe imprimée, Ghislaine, 42 ans, "homme au boulot et femme le plus souvent possible", estime qu"'un simple passage à la mairie devrait suffire pour demander un changement de nom ou de sexe". "C'est humiliant de devoir passer devant le juge", dit-elle. L'état civil ? "La mention du genre ne devrait même pas y figurer", lance Laurent, 36 ans, du haut de ses talons noirs.

Alors que des slogans contre la Manif pour tous, qui doit manifester dimanche, sont repris par le cortège, il ajoute : "On n'embête personne, contrairement à ce que certains voudraient faire croire, notre but n'est pas de choquer ou d'être gênant. On veut juste vivre normalement, sans être insultés ou jugés".