Les terrines de canard contiennent plus de porc que de canard

  • A
  • A
Les terrines de canard contiennent plus de porc que de canard
@ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

Selon une étude publiée mardi par Foodwatch, les terrines de canard vendues dans le commerce contiennent entre 20 et 30% de canard. 

20% de canard seulement. Voilà ce que peuvent contenir certaines terrines de canard vendues dans le commerce, selon un communiqué publié mardi par Foodwatch et rapporté par Le Figaro. Selon une étude menée par l'organisation, c'est surtout du porc qui est utilisé dans la fabrication de cet aliment.

11 marques testées. Pour parvenir à cette conclusion, Foodwatch a acheté entre le 22 novembre et le 8 décembre onze terrines de canards. La société a ensuite analysé la liste de leurs ingrédients et le constat est sans appel : la majorité d'entre elles contiennent plus de porc que de canard. Or, Foodwatch a constaté que sur l'étiquette, c'est surtout le palmipède qui est vanté. La marque Hénaff, mise en avant dans l'étude, propose une "terrine de canard aux noisettes croquantes" qui ne contient... que 21,8% de canard et 3% de noisettes.

Une pratique légale. Pourtant, cette pratique n'est pas mensongère puisque légale selon le Code des usages de la charcuterie. Une terrine peut être dite "de canard" à partir de 20% de cette viande dans la préparation. Les 80% restant sont donc souvent composés de porc et de volaille. Par conséquent, la plupart des fabricants se conforme à ses proportions, d'autant plus que le canard est une viande plutôt coûteuse. Seules les marques Labeyrie et Avon et Ragobert font l'effort de dépasser la barre de 30% de canard dans leurs terrines.

Foodwatch réclame des sanctions. La pratique, si elle respecte la loi, "n'est pas légitime pour autant", a expliqué Chloé Stevenson de Foodwatch. L'association demande par conséquent aux industriels d'étiqueter de manière plus honnête leurs produits en indiquant plutôt "terrine de porc et de canard". Mais Foodwatch demande aussi à l'État de sanctionner ces pratiques. Pour la Fédération professionnelle représentative des industries charcutières, traiteurs et transformatrices de viandes ou encore la marque Hénaff contactées par Le Figaro, la présence importante de porc dans les terrines n'a rien de choquante. Selon elles, cette viande permet d'atténuer le goût plus fort du canard et de donner au produit une texture plus agréable.