Les deux tiers des Français opposés à la suppression de l'ISF

  • A
  • A
Les deux tiers des Français opposés à la suppression de l'ISF
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

D'après un sondage publié jeudi, seuls 32% des Français se disent favorables à la suppression de l'impôt sur la fortune. 

Les deux tiers des Français sont opposés à la suppression de l'impôt sur la fortune (ISF), selon un sondage Tilder/LCI/OpinionWay publié jeudi, au lendemain d'un rappel à l'ordre du Premier ministre sur le sujet, après des propos d'Emmanuel Macron. 41% des personnes interrogées se disent "tout à fait opposées" à la suppression de cette imposition des patrimoines supérieurs à 1,3 million d'euros, tandis que 26% y sont "plutôt opposés".

35% sont favorables. La part de ceux qui y seraient "plutôt favorables" est de 17%, tandis que 15% y sont "tout à fait favorables". La proportion des "plutôt" ou "tout à fait opposés" monte à 70% chez les femmes (contre 64% chez les hommes) et à 72% chez les actifs des catégories populaires (contre 64% chez les CSP+ et 66% chez les inactifs). Par catégorie d'âge, les 25-34 ans sont le plus opposés à sa suppression (73%), suivis par les 35-49 ans (71%) et les 50-64 ans (70%). Cette proportion tombe à 61% pour les 65 ans et plus, et à 54% pour les 18-24 ans.

Un impôt créé il y a 27 ans. Mercredi, Manuel Valls a estimé que supprimer l'ISF serait "une faute" au "nom même de la justice", en réponse à une déclaration du ministre de l'Économie Emmanuel Macron dans la revue Risques, reproduite par Le Figaro. "Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF", avait déclaré le ministre de l'Economie à la revue spécialisée. Créé en 1989, l'impôt de solidarité sur la fortune, qui a succédé à l'IGF (impôt sur les grandes fortunes) instauré par François Mitterrand en 1981 et abrogé par Jacques Chirac durant la cohabitation, a depuis subi de multiples aménagements.