Les deux tiers des Français favorables à la PMA, selon un sondage

  • A
  • A
Les deux tiers des Français favorables à la PMA, selon un sondage
L'ouverture de la PMA à toutes les femmes sera proposée par le gouvernement dans le cadre de la révision de la loi bioéthique en 2018.@ AFP
Partagez sur :

Selon un sondage Ifop, 64% des Français se disent pour l'élargissement de la PMA aux couples de femmes homosexuelles, tandis que 52% rejettent la GPA.

Les deux tiers des Français (64%) sont favorables à l'élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes homosexuelles, selon une enquête Ifop pour le site My-Pharma.info publiée vendredi. Le débat sur cette question sensible a été relancé par la secrétaire d'État à l'Égalité hommes-femmes Marlène Schiappa, qui a évoqué au début du mois l'inclusion de cette promesse de campagne d'Emmanuel Macron dans le programme des "États généraux de la bioéthique" prévus l'an prochain. 

Éviter les tensions. L'Élysée temporise de son côté, soucieux d'éviter de nouvelles tensions politiques et sociales semblables à celles qui avaient émaillé le débat parlementaire sur le projet de loi instaurant le mariage pour tous. "Le président souhaite un débat apaisé de la société sur ce sujet. Il est important pour lui que l'opposition et les autorités, y compris religieuses, puissent s'exprimer", souligne-t-on dans l'entourage d'Emmanuel Macron.  

52% des sondés contre la GPA. L'enquête de l'Ifop montre que 64% des sondés sont favorables à la PMA pour les couples de lesbiennes, soit une hausse de quatre points par rapport à juin dernier. L'élargissement de la PMA est rejeté en revanche par 36% des personnes interrogées, dont 20% se déclarent "tout à fait défavorables". En France, l'aide médicale à la procréation est aujourd'hui réservée aux couples hétérosexuels infertiles. Quant à la gestation pour autrui (GPA), interdite dans l'Hexagone, elle est rejetée par 52% des personnes sondées par l'Ifop.

Le sondage Ifop a été réalisé en ligne les 20 et 21 septembre auprès d'un échantillon de 1.009 personnes sélectionnées par la méthode des quotas (sexe, âge, profession).

001_PZ8RL_preview

©PAUL DEFOSSEUX, PAZ PIZARRO / AFP