Les couches pour bébés contiennent toujours des pesticides (mais moins)

  • A
  • A
Partagez sur :

L'étude menée il y a un an et demi par 60 Millions de consommateurs avait de quoi effrayer les parents quant aux substances toxiques présentes dans les couches pour bébé. Visiblement, les fabricants ont fait quelques efforts.

Comme il l'avait fait en février 2017, le magazine 60 Millions de consommateurs a passé au crible les produits pour nourrissons - couches, lingettes… - pour étudier leurs compositions. Alors que le premier essai présentait des résultats inquiétants quant à la présence de pesticides et de toxines, ce second test montre des améliorations chez certains fabricants. D'autres, en revanche, ont encore de gros efforts à fournir.

Le leader Pampers a redoré son blason. 60 Millions de consommateurs a établi un classement entre les douze marques analysées. On constate d'abord une première bonne nouvelle : le nombre de couches ne contenant aucune trace de substance toxique est plus important qu'en 2017. Plusieurs marques de couches-culottes ont fait des progrès, car elles ont fait appel à des fournisseurs qui utilisent moins de pesticides. C'est notamment le cas du leader du marché, Pampers, qui avait été épinglé lors de la précédente étude. "La dernière fois, le leader s'était très mal comporté et avait de très mauvaises notes. Cette année, il a des produits qui se présentent nettement mieux. Il a fait de gros efforts. Ça prouve que c'est possible", indique Victoire N'Sondé, cheffe de la rubrique santé à 60 Millions de consommateurs, au micro d'Europe 1.

"Que les fabricants fassent suffisamment de contrôles". En revanche, d'autres marques, comme Lotus ou Pommettes, n'ont pas retenu la leçon. On y retrouve des traces de pesticides, dont le glyphosate, ainsi que d'autres polluants toxiques. Autre surprise pour 60 Millions de consommateurs : deux marques de couches qui s'étaient illustrées en 2017 par l’absence de résidus à risques toxiques (Mots d'enfant, la marque des supermarchés E. Leclerc, et Love & Green) ne confirment pas leurs bons résultats passés. "Les fabricants savent que leurs produits sont susceptibles d'avoir ces résidus, même s'ils ne les mettent pas intentionnellement. On demande donc qu'ils fassent suffisamment de contrôles pour s'assurer que l'on n'a pas ces traces de substances à risque toxique", appelle Victoire N'Sondé.

Se méfier du packaging. On apprend également dans l'étude qu'il ne faut pas se fier au packaging des paquets de couches qui prétendent être bio ou sains. En effet, ces produits sont parfois pires que ceux qui ne font pas la publicité de ces prétendues vertus. "On est sensibilisés, on veut le meilleur pour notre enfant, donc on va vers la couche bio. Mais quand je vois qu'elles sont dernières au classement, je vais rapidement retourner à la première marque", confie Éloïse, mère d'un petit Jonas de trois mois, au micro d'Europe 1. 

Dès lors, vers quelle marque peuvent se tourner les parents ? 60 Millions de consommateurs cite notamment Protection Premium de la marque Joone. Ces couches sont aussi les plus chères du test : 40 centimes l'unité.

Ce numéro de 60 millions de consommateurs est actuellement en vente en kiosques.