Les contrôleurs aériens appelés à la grève à partir de mardi

  • A
  • A
Les contrôleurs aériens appelés à la grève à partir de mardi
@ AFP
Partagez sur :

Ce préavis de grève déposé mardi peut cependant être levé si les négociations en cours aboutissent.

Les contrôleurs aériens sont appelés à faire grève le matin, entre 5 heures 30 et 8 heures 30, à partir de mardi, par le SNCTA, première organisation chez les aiguilleurs, qui fustigeait jeudi l'absence de réponse "concrète" à ses revendications salariales et de conditions de travail.

Discussions jusqu'au dernier moment. Comme souvent à l'aviation civile, le préavis déposé mardi par le SNCTA pourrait être levé si les réunions de conciliation avec la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) et le secrétariat d'Etat aux Transports aboutissent. Mais pour Roger Rousseau, porte-parole du syndicat, "il y a de fortes chances pour que la grève commence. On est très dubitatifs sur le fait d'avoir des réponses concrètes dans les jours qui restent", même si "le contact a été plutôt positif avec le cabinet d'Alain Vidalies". Les discussions "vont être menées jusqu'au dernier moment pour éviter une grève", a pour sa part indiqué à l'AFP la DGAC.

Reports de vols et retards. Alors que le SNCTA promet "une gêne conséquente", avec "reports de vols et retards", l'aviation civile n'était jeudi pas encore en mesure d'évaluer l'impact d'une grève de ce type, ponctuelle mais à un horaire d'affluence.

Il s'agit du cinquième préavis de grève déposé par le SNCTA depuis le début de l'année. Hormis les 8 et 9 avril, le premier syndicat avait les autres fois levé sa menace. "On ne nous écoute pas tant qu'il n'y a pas de menace sur la table", quand arrive "le conflit", "ils nous donnent des engagements et puis rien n'avance", déplore le représentant syndical.

Les revendications. Elles portent notamment sur les primes, qui représentent plus de la moitié de la rémunération des aiguilleurs. Le syndicat demande le maintien du régime indemnitaire spécifique (menacé par la refonte du système de primes de la fonction publique) et l'ouverture de négociations sur une revalorisation de ces primes. Le SNCTA réclame également des négociations pour élargir les expérimentations d'organisation du travail plus productives, mieux adaptées aux pics d'activité, avec des contreparties pour les contrôleurs, ainsi qu'une planification sur cinq ans des recrutements.