Les accidents de trottinettes en forte hausse en 2017

  • A
  • A
Les accidents de trottinettes en forte hausse en 2017
Pour limiter la gravité des blessures, il est recommandé de porter un casque comme pour le vélo. @ GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :

Selon "Le Parisien", les accidents de trottinettes et de rollers ont fait 284 blessés et 5 tués en 2017, contre 231 blessés et 6 morts en 2016. Une hausse due à l'essor de ce moyen de déplacement dans les grandes villes. 

Sur les trottoirs, sur les routes... elles sont de plus en plus nombreuses et surtout de plus en plus rapides quand elles sont électriques. Les trottinettes font désormais partie de nos paysages urbains. Mais cette mode partie pour durer fait aussi des blessés en nombre croissant : +23% en un an, selon une information du Parisien dévoilée jeudi

Les grandes villes davantage concernées. En se basant sur des données de la Sécurité routière, Le Parisien a dénombré 284 blessés et 5 tués en trottinettes et rollers en 2017, contre 231 blessés et 6 morts en 2016, soit une hausse de 23%. Les départements comprenant de grandes villes sont sans surprise particulièrement concernés par ce gonflement des accidents : +19,51% à Paris, +21,05% dans le Rhône (Lyon), +60% dans les Bouches-du-Rhône (Marseille), +28,57% dans le Nord (Lille).

Fractures et traumatismes crâniens. La mode des trottinette n'est pas prête de passer, surtout avec l'arrivée de modèles électriques qui permettent de se déplacer rapidement. Résultat, leurs conducteurs et les piétons heurtés lors de chocs encourent davantage de fractures ou de traumatismes crâniens en cas d'accident. Et comme l'essor se poursuit en 2018, le bilan pourrait bien continuer d'augmenter. 

"Travailler sur la formation". Pour limiter la gravité des blessures, il est recommandé de porter un casque comme pour le vélo. Il est aussi conseillé de ne pas débrider les moteurs des modèles électriques. Ils sont censés rouler à 25 km/h maximum mais modifier le moteur permet de dépasser les 40 km/h. Pour Fabrice Furlan, président de la Fédération des professionnels de la micromobilité (FP2M), il faut "travailler sur la formation et l’apprentissage" de la conduite de la trottinette. 

Bientôt une réglementation dans une loi. Pour le moment, dans le Code de la route, seuls les conducteurs de trottinettes classiques sont pris en compte, considérés comme des piétons. Par contre, rien n'y réglemente les petits bolides électriques. Plus pour longtemps cependant. Dans le projet de loi d'orientation des mobilités, il est prévu d'interdire ces deux-roues munis de batteries sur les trottoirs. Ils ne seraient autorisés à circuler que sur la chaussée ou les voies cyclables.