Le ministère de la Santé demande le retrait des "Recettes Pompettes"

  • A
  • A
Le ministère de la Santé demande le retrait des "Recettes Pompettes"
Le ministère de la Santé a demandé le retrait de la bande-annonce de l'émission, dont Stéphane Bern était l'invité@ Capture d'écran Youtube
Partagez sur :

Le ministère de la Santé a demandé jeudi au producteur des "Recettes Pompettes" de renoncer à sa nouvelle émission, qui doit être diffusée à partir du 13 avril sur Youtube. 

Le ministère de la Santé a demandé jeudi au producteur des "Recettes Pompettes" de renoncer à sa nouvelle émission, qui doit être diffusée à partir du 13 avril sur YouTube, estimant qu'elle représente une "incitation à la consommation excessive d'alcool".

Stéphane Bern comme invité. La bande-annonce de l'émission, qui a suscité lundi une réaction très virulente d'une association anti-alcool, montre le présentateur Stéphane Bern en train de préparer une recette de cuisine et de boire de l'alcool à intervalles réguliers. Le concept des "Recettes Pompettes", qui consiste à inviter des personnalités pour cuisiner en buvant des "shots", vient du Québec où l'émission remporte un grand succès. La vidéo a été vue plus de 300.000 fois en une semaine. Invité mercredi soir du "Petit Journal", Monsieur Poulpe, l'humoriste qui anime l'émission, a expliqué que "l'alcool est un outil dans cette émission, pour amener l'invité à se montrer sous une autre facette".



 

Le retrait de la bande-annonce demandé. "Les conséquences de la consommation excessive d'alcool sur la santé sont trop graves pour être prises à la légère", estime pour sa part le ministère de la Santé qui demande au producteur de l'émission (Studio Bagel), racheté en 2014 par Canal+, de retirer également la bande-annonce de l'émission. "Le ministère étudie par ailleurs les différentes voies de recours", ajoute-t-il dans un communiqué. L'alcool est responsable de 49.000 décès par an en France, soit 135 par jour, et "peut causer des dommages à court et long terme (violences, accidents, cancers, cirrhoses, retards de développement, addiction...) dont beaucoup sont irréversibles", souligne le communiqué. 

Banalisation du binge-drinking. Il rappelle que la loi santé, entrée en vigueur en janvier, interdit notamment l'incitation à la consommation excessive d'alcool ou "binge-drinking" lors de bizutages et lorsque cette incitation concerne un mineur. Dans un communiqué séparé, la Mildeca (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) et l'Inpes (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) estiment que l'émission contribue à "banaliser" le "binge-drinking", notamment parmi les jeunes.