Le lactarium d’Île-de-France va rouvrir

  • A
  • A
Le lactarium d’Île-de-France va rouvrir
Trois bébés avaient reçu dans leur alimentation du lait d'origine maternel délivré par le lactarium d'Île-de-France, rattaché à l'hôpital Necker@ AFP
0 partage

A ce stade de l'enquête, les spécialistes sont presque certains que le lait n'est pas responsable du décès de deux bébés, contaminés par une bactérie.

INFO EUROPE 1

Le lactarium d’Île-de-France va pouvoir à nouveau distribuer du lait maternel, après les dernières vérifications de sécurité d'usage. Le 2 septembre dernier l'APHP décidait, par mesure de précaution de suspendre la délivrance de lait provenant du lactarium de l'hôpital Necker après l'infection de trois bébés prématurés par une bactérie appelée Bacillus Cereus dont deux sont morts. Ces trois bébés avaient reçu dans leur alimentation du lait d'origine maternel délivré par le lactarium d'Île-de-France, rattaché à l'hôpital Necker.

Le lait hors de cause. Depuis, plusieurs enquêtes ont été réalisées, au lactarium, mais aussi dans les deux services de néonatologie concernés pour comprendre les causes de cette contamination. A ce stade de l'enquête, les spécialistes sont presque certains que le lait n'est pas responsable du décès de deux bébés à l'hôpital Necker.

Biberon, air ? Les enquêteurs s'attachent donc à savoir d'où viennent les bactéries. Un proche du dossier, a indiqué à Europe 1 qu'il pourrait en fait y avoir plusieurs sources de contamination différentes. Résultat, les autorités analysent toujours des prélèvements issus des biberons, de l'air et de tout l'environnement dans lequel ces bébés ont évolué.

Une coïncidence ? Est-ce possible que des bébés ont pu être contaminés dans des hôpitaux différents avec la même bactérie au même même moment ? Cela tiendrait de la coïncidence. C'est rare mais c'est déjà arrivé en milieu hospitalier. Reste que trouver d'où vient l'infection n'est pas chose aisée. Il est même possible qu'on ne trouve jamais son origine précise.