Le juge des tutelles rejette le dossier Bettencourt

  • A
  • A
Le juge des tutelles rejette le dossier Bettencourt
Partagez sur :

La fille de Liliane Bettencourt, Françoise Bettencourt-Meyers, demandait que sa mère soit placée sous protection judiciaire.

C’est un revers pour Françoise Bettencourt-Meyers, la fille de Liliane Bettencourt, l'héritière et actionnaire principale de L'Oréal. Le juge des tutelles de Neuilly-sur-Seine a refusé, comme elle le demandait, d'ouvrir une procédure de protection judiciaire pour Liliane Bettencourt.

"Le juge des tutelles a rendu une ordonnance disant que nous ne produisons pas de pièce médicale", a expliqué Me Metzner, l’avocat de Françoise Bettencourt-Meyers. Mais pour lui, l’affaire tourne en rond car "Liliane Bettencourt a toujours refusé de sesoumettre à une expertise médicale".

Françoise Bettencourt-Meyers, qui est fille unique de l'héritière, estime que sa mère, âgée de 87 ans, est dans un état de faiblesse et a été abusée par François-Marie Banier, un photographe, à qui Liliane Bettencourt a fait plus d’un milliard de dons. Le placement sous protection judiciaire aurait pu aboutir à la désignation d'un tiers pour conseiller, voire contrôler les actes de l’héritière de L’Oréal.

Mais l’affaire Liliane Bettencourt n’est pas terminée. Doit encore être examiné ce qui est au cœur du dossier : l’abus de faiblesse dont aurait été victime l’une des plus grandes fortunes de France. La 15e chambre correctionnelle du tribunal de Nanterre doit examiner vendredi si Françoise Bettencourt-Meyers est fondée à agir en justice alors qu'elle n'est pas une victime directe des faits qu'elle dénonce et que sa mère dément tout abus.

François-Marie Banier s’est défendu pour la première fois mercredi dans une interview accordée au Monde. "Il s'agit de dons, que j'ai longtemps refusés. Ces dons viennent d'une femme totalement lucide", a expliqué le photographe. Se sent-il coupable ? "Vous n'y pensez pas! Souterrainement, il y a un monde très fort, très vivant, qui aura le dessus. La vérité explosera", assure François-Marie Banier.

> La contre-attaque de Liliane Bettencourt