Le gouvernement prévoit l'ouverture de la PMA à toutes les femmes en 2018

  • A
  • A
Le gouvernement prévoit l'ouverture de la PMA à toutes les femmes en 2018
L'ouverture de la PMA à toutes les femmes pourrait être introduite dans la loi lors des révisions de la loi bioéthique prévues en 2018. Image d'illustration. @ DIDIER PALLAGES / AFP
Partagez sur :

L'ouverture de la PMA à toutes les femmes sera proposée par le gouvernement dans le cadre de la révision de la loi bioéthique en 2018, a annoncé mardi Marlène Schiappa.

L'ouverture la PMA à toutes les femmes sera proposée par le gouvernement dans le cadre de la révision de la loi bioéthique en 2018, a annoncé mardi la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa.

Une réponse favorable du comité d'éthique. Interrogée sur RMC/BFMTV, la secrétaire d'Etat a affirmé que "cet engagement de campagne" serait "tenu". "En termes de calendrier, nous serons sur l'année qui arrive, 2018, probablement avec les révisions de la loi bioéthique", a-t-elle précisé. Sans vouloir "préjuger du débat parlementaire" qui suivra, Marlène Schiappa a confirmé que le gouvernement proposerait à ce moment-là "d'ouvrir la PMA à toutes les femmes". "Le comité d'éthique a émis un avis favorable, il n'y a rien qui nous empêche de rendre la PMA légale pour toutes les femmes", a-t-elle ajouté.

"Justice sociale". Marlène Schiappa a plusieurs fois estimé qu'il s'agissait d'une mesure de "justice sociale" permettant de mettre fin à une "forme de discrimination à l'égard des femmes lesbiennes et célibataires" et à "l'inégalité" entre celles qui ont les moyens financiers de recourir à des PMA à l'étranger et celles qui ne les ont pas. Elle est actuellement réservée au traitement de l'infertilité chez les couples hétérosexuels. 

Un budget en hausse en 2018. Par ailleurs, la secrétaire d'Etat a indiqué que la politique de protection des femmes contre les violences sexistes, baptisée "programme 137 - Egalité entre les femmes et les hommes" dans le budget, serait dotée l'année prochaine de 29,8 millions d'euros, soit le budget "le plus élevé jamais atteint". Ce programme était doté en 2016 de 27 millions d'euros, soit 0,0066% du budget de la France, selon un rapport du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE).