Le Center Parcs de Roybon de retour devant les juges

  • A
  • A
Le Center Parcs de Roybon de retour devant les juges
La justice a déjà porté deux sévères coups d'arrêt au projet porté par Pierre & Vacances en décembre 2014 et durant l'été 2015. Image d'illustration.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Jeudi, la cour administrative d'appel de Lyon doit se prononcer sur ce projet de village-vacances dans l'Isère. 

Nouvelle bataille judiciaire pour le Center Parcs de Roybon, en Isère : la cour administrative d'appel (CAA) de Lyon examine jeudi la légalité de ce projet controversé de village-vacances. Avec à la clé une éventuelle reprise des travaux.

"Sur le château d'eau de la Drôme". "La loi a été bafouée depuis le départ dans ce dossier !", tonne Christian Brély, le patron de la fédération des pêcheurs de la Drôme, qui revendique 17.500 adhérents. Comme deux autres associations, la fédération a attaqué en justice le projet de Center Parcs, bâti dans la forêt des Chambaran, à la frontière de leur département, "sur le château d'eau de la Drôme". Lancés à l'automne 2014, les travaux de défrichement avaient été interrompus quelques semaines plus tard après l'irruption de militants qui occupent depuis lors une maison forestière à proximité du chantier.

Compenser les zones humides amenées à disparaître. Puis la justice a porté un sévère coup d'arrêt au projet. D'abord en décembre 2014, par une décision en référé du tribunal administratif de Grenoble, confirmée sur le fond à l'été 2015. Le tribunal avait alors annulé l'arrêté du préfet de l'Isère du 3 octobre 2014 qui autorisait le projet au titre de la loi sur l'eau, au motif de l'insuffisance des mesures prises par le groupe Pierre & Vacances pour compenser la destruction de zones humides. Le tribunal a ainsi pointé le "morcellement", "la dispersion" et "la distance" des sites de compensation "situés sur cinq départements, de l'Ardèche à l'Ain et au nord de la Haute-Savoie". 

Pierre & Vacances déterminé à reprendre les travaux. Le groupe a fait appel du jugement et tente désormais de répondre à ces critiques en recherchant des sites de compensation plus proches de la zone impactée, une question qui devrait être au cœur de l'audience de jeudi. "C'est un de nos principaux arguments", reconnaît une porte-parole. Après ses revers judiciaires, le PDG Gérard Brémond a assuré qu'un abandon du projet n'était "pas envisageable" et a promis que Pierre & Vacances reverrait sa copie dans le but de relancer les travaux. Les arguments du groupe ne semblent cependant pas avoir convaincu le rapporteur public de la cour de Lyon, qui penche pour une annulation des arrêtés autorisant la construction du centre.