La RATP va tester des minibus sans chauffeur

  • A
  • A
La RATP va tester des minibus sans chauffeur
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

La régie des transports parisiens lance samedi sur les berges de Seine un programme d’expérimentation qui doit durer deux ans. 

La RATP réalise samedi une première démonstration de navette autonome à Paris, prélude à d'autres expérimentations de véhicules sans chauffeur prévues au cours des deux prochaines années, dans la capitale, mais aussi sur d'autres sites en Ile-de-France.

Trois sites d'expérimentation. Le premier essai grandeur nature se déroule samedi après-midi sur les berges de Seine, où le public est invité à découvrir la navette EZ10 du constructeur français Easymile. Le véhicule autonome circulera de 13 heures à 20 heures sur un circuit de 130 mètres aménagé sur une partie piétonne de la voie Georges Pompidou, au niveau du Pont Neuf. Une deuxième démonstration est annoncée avant la fin de l'année à Paris, entre les gares de Lyon et d'Austerlitz et une troisième est envisagée début 2017 sur le site du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) à Saclay, dans l'Essonne.

"De nouveaux services". Ce véhicule électrique sans chauffeur, qui peut transporter jusqu'à 12 passagers à 25 km/h, est déjà testé en circuit clos aux Pays-Bas, au Japon, à Singapour ou encore en Californie et fait même l'objet d'une expérimentation sur route à Helsinki. "Le véhicule autonome représente une opportunité de nouveaux services, notamment dans les zones peu denses", affirme la présidente de la RATP, Elisabeth Borne, citée dans le communiqué.

Avant Paris, Lyon. Devançant la capitale, Lyon a déjà mis à l'essai début septembre son propre service de minibus sans chauffeur. Deux navettes Arma de la société française Navya, pouvant transporter chacune jusqu'à 15 passagers, circulent ainsi sur un trajet de 1,3 kilomètre dans le nouveau quartier Confluence. Prévue pour durer un an, cette expérimentation est menée conjointement avec le groupe Keolis (filiale de la SNCF) et TCL, l'exploitant du réseau de transports en commun lyonnais.