La Pologne veut "sauver de la censure" une statue de Jean Paul II en Bretagne

  • A
  • A
La Pologne veut "sauver de la censure" une statue de Jean Paul II en Bretagne
Seule la croix doit être retirée de l'ensemble monumental, selon la décision du Conseil d'État.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

La Pologne s'est proposée samedi de recueillir la statue de Jean Paul II installée à Ploërmel, dont la croix qui la surmonte doit être retirée selon une décision du Conseil d'État.

La Première ministre conservatrice polonaise a déclaré samedi que la Pologne tentera de "sauver de la censure" une statue de Jean Paul II installée en Bretagne, après que le Conseil d'État français a enjoint à la commune de Ploërmel de retirer une croix la surplombant. "Le gouvernement polonais tentera de sauver de la censure le monument de notre compatriote, et nous proposerons de le transférer en Pologne, en cas d'accord des autorités françaises et de la communauté locale", a déclaré Beata Szydlo. 

"Le diktat du politiquement correct". "Notre grand compatriote, un grand Européen, est un symbole de l'Europe chrétienne unie. Le diktat du politiquement correct - de la laïcisation de l'État - laisse la place libre à des valeurs qui nous sont étrangères culturellement et qui mènent à terroriser la vie quotidienne des Européens", a ajouté la Première ministre polonaise. 

Le Conseil d'État français a enjoint mercredi à Ploërmel de retirer une croix surplombant une statue de Jean Paul II installée sur une place de cette commune, au nom du respect de la loi de séparation des Églises et de l'État. La statue en elle-même n'est pas remise en cause. Don de l'artiste russe Zourab Tsereteli, elle avait été installée sur une place de Ploërmel sous une arche surmontée d'une croix, après une délibération de la commune du 28 octobre 2006.

Plusieurs personnalités politiques françaises ont par ailleurs fait part de leur désapprobation après l'injonction du Conseil d'État de retirer cette croix, comme le vice-président du Front national Louis Aliot ou la député Les Républicains Valérie Boyer, rejoignant le hashtag #MontreTaCroix partagé par de nombreux internautes depuis vendredi.