La mère de Vincent Lambert : "mon fils n'est pas un légume"

  • A
  • A
La mère de Vincent Lambert : "mon fils n'est pas un légume"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

Viviane Lambert veut que "François Hollande lui permette de continuer à s'occuper de son fils".

INTERVIEW

 A chacun sa vérité. "Vincent n'est pas en fin de vie. On a voulu le mettre en fin de vie". Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, en état de conscience minimale depuis un accident de moto, sort un livre Pour la vie de mon fils, à paraître jeudi.

"Vincent est bien vivant". Invitée d'Europe 1 mercredi matin, Viviane Lambert a donné sa version des faits concernant l'état de son fils. Sa vérité à elle. "On n'a pas présenté la vérité au public (…) Il faut être au quotidien avec lui pour constater le regard de Vincent. On a des contacts avec lui", assure sa mère. "Vincent n'est pas en état végétatif, il est en état pauci-relationnel", ajoute-t-elle. "Mon fils n'est pas un légume, il est bien vivant. Il a ses moments de pause, ses moments de repos, ses moments aussi où on parle dans le silence",  affirme encore Viviane Lambert.



Lambert : "Vincent n'est pas un légume, il est...par Europe1fr

Victime d'un grave accident de la route en 2008, Vincent Lambert souffre de lésions cérébrales irréversibles. Depuis plus d'un an, son épouse Rachel, appuyée par les médecins et six des huit frères et soeurs de son mari, souhaite le "laisser partir". Mais ses parents, catholiques traditionalistes, s'y opposent. Mécontents de la décision du Conseil d'Etat d'autoriser l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielles de leur fils, ces derniers ont saisi la Cour européenne des droits de l'homme. Une audience a eu lieu en janvier dernier à Strasbourg mais la CEDH n'a pas encore rendu son arrêt.

"Je veux rencontrer François Hollande". Dans une lettre envoyée le 22 avril dernier et qu'elle a rendue publique lundi, la mère de Vincent Lambert demande à François Hollande "un minimum d'humanité". Depuis novembre 2012, mon fils "est emprisonné derrière une porte de chambre d'hôpital fermée à clé" au CHU de Reims et on lui "refuse les soins de base, et notamment les séances de kiné et un fauteuil adapté pour lui permettre de sortir de son lit", écrit-elle. "Je veux rencontrer le président pour qu'il nous permette de continuer à nous occuper de Vincent" (...) "Mon fils est vivant, je ne vois pas pourquoi on lui donnerait la mort", confie t-elle sur Europe 1.

Au sujet de sa belle-fille Rachel Lambert, la mère de Vincent Lambert pense "qu'elle a été manipulée". Une version démentie par d'autres membres de la famille. "Rachel s’est enfermée, isolée avec lui, mais elle n’a certainement pas été manipulée, comme le dit Viviane dans son livre, pour minorer le témoignage qu’elle porte", écrivent ses proches dans une tribune publiée mercredi.