La mairie de Paris envisage de recruter les "dames pipi" sans emploi

  • A
  • A
La mairie de Paris envisage de recruter les "dames pipi" sans emploi
@ AFP
Partagez sur :

La mairie de Paris s'engage à accompagner "vers une solution professionnelle stable" les onze "dames pipi" privées d'emploi à la suite d'un changement de prestataire.

La mairie de Paris s'engage à accompagner "vers une solution professionnelle stable" les onze "dames pipi" privées d'emploi à la suite d'un changement de prestataire, y compris par "l'intégration dans les effectifs de la ville" si nécessaire, a-t-elle annoncé à l'AFP.

Le contexte. Onze salariées se sont retrouvées sur la touche depuis le changement de la société gestionnaire de plusieurs toilettes de hauts lieux touristiques parisiens (Sacré-Coeur, Notre-Dame, Place de l'Étoile...) où elles travaillaient. Sarivo PointWC (groupe 2theloo), qui a remporté l'appel d'offres lancé par la mairie de Paris, refuse de reprendre les onze salariées et l'ancien gestionnaire, Stem, de les payer. Sur les neuf ayant saisi la justice, six ont été déboutées de leur procédure d'urgence (référé) mardi par le conseil de Prud'hommes de Paris.

Ce que va faire la Mairie de Paris. "La ville accompagnera ces onze agentes vers une solution professionnelle stable", y compris par leur "intégration dans les effectifs de la ville" si nécessaire, a annoncé à l'AFP Emmanuel Grégoire, adjoint (PS) à la Mairie de Paris chargé notamment des ressources humaines et des services publics.

Un voeu a été adopté lundi en ce sens au Conseil de Paris, a par ailleurs indiqué dans un communiqué Nicolas Bonnet, président du groupe PCF. Les six "dames pipi" déboutées mardi feront appel, a indiqué leur avocat Fiodor Rilov.