La justice valide l'évacuation d'un camp de migrants à Lille

  • A
  • A
La justice valide l'évacuation d'un camp de migrants à Lille
D'après l'avocate des migrants, l'État ne propose pas suffisamment de places de relogement.@ DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :

Des dizaines de migrants vivent dans le parc des Olieux depuis début 2015. Ils protestent contre les solutions de relogement de l'État.

Le tribunal administratif de Lille a donné son feu vert jeudi à l'évacuation de quelque 150 migrants vivant dans un parc de la ville, en rejetant le recours formé par ces réfugiés qui s'opposaient aux solutions de relogement proposées par l'État.

Évacuation immédiate. Dans son ordonnance, le tribunal, saisi le 11 octobre en référé, a estimé que "les solutions" de l'État "destinées à mettre à l'abri" les migrants occupant le parc des Olieux étaient applicables "immédiatement". Ces migrants devraient ainsi être hébergés dans une auberge de jeunesse à Dunkerque, dans un centre de répit temporaire à Cassel (Nord), à 50 kilomètres de Lille, ou encore dans un centre d'accueil pour demandeurs d'asile. Lorsque cette décision de justice aura été notifiée aux jeunes migrants et qu'ils auront "été invités à se rendre dans un des centres d'hébergement retenus", "ils ne justifieront plus d'aucun motif pour se maintenir sans droit ni titre dans le parc des Olieux", selon le tribunal.

Plus d'un an dans le parc. Depuis début 2015, plusieurs dizaines de migrants, dont une majorité de mineurs, originaires principalement d'Afrique subsaharienne (Guinée, Mali, Côte d'Ivoire, Sénégal), s'étaient installés dans le jardin des Olieux, un parc de 8.000 m² situé dans le quartier populaire de Moulins (sud). L'avocate des migrants, Me Emilie Dewaele, a jugé que les solutions de relogement proposées par l'État étaient "insuffisantes".

Pas assez de places. "82 places ont été proposées pour 151 présentes dans le parc (...) et les lieux désignés ne sont pas en adéquation avec les besoins des mineurs isolés", avait-elle notamment estimé lors de l'audience. En outre, ces mineurs "sont scolarisés" à Lille ce qui "reviendrait à briser les liens sociaux" qu'ils ont développés. L'avocate demandait que l'Etat "procède à la réquisition d'un ou de plusieurs bâtiments pouvant accueillir 151 personnes avec la mise en place d'un accompagnement adapté" dans la métropole lilloise. "Aucune utilité", a estimé le tribunal administratif.