La Guerre des étoiles, ce n’est pas que du cinéma

  • A
  • A
La Guerre des étoiles, ce n’est pas que du cinéma
Photo d'illustration.@ Antares / European Southern Observatory / AFP
Partagez sur :

Le français Ariane Group travaille sur plusieurs innovations afin de protéger les satellites de l'espionnage et des déchets présents dans l'espace.

La guerre des étoiles prend une autre dimension. La France souhaite renforcer ses protections dans l'espace et protéger d'avantage ses satellites contre d'autres qui pourraient être malveillants. C'est sur le site d'Ariane Group aux Mureaux, dans les Yvelines, que se construisent nos défenses.

Se protéger de l'espionnage. Sur place, on découvre une turbine blanche de 30 mètres de haut, un lanceur de satellites. Dans ces gigantesques hangars, la France construit de quoi se projeter dans l'espace, mais aussi désormais de quoi s'y protéger. Car les menaces existent, y compris dans les étoiles. "Il y a naturellement dans l'espace un certain nombre de satellite qui viennent regarder et observer ce que nous faisons en particulier sur certaines orbites géostationnaires. C'est ce qui nous préoccupe un tout petit peu en ce moment", reconnait le Général Jean-Pascal Breton, à la tête du commandement inter-armé de l'espace.

Créer une cartographie complète. Pour faire face à ces menaces d'espionnage, des capteurs ultra-puissants sont en cours d'expérimentation pour permettre d'avoir des yeux partout au-dessus de nos têtes. "L’objectif c'est d'avoir une cartographie à peu près comme ça s'est passé dans le trafic aérien. Ce qui permettrait de trouver des objets bizarres et de s’adresser aux autorités de tutelles", explique Christine Francillon, directrice des programmes de surveillance chez Ariane Groupe. Ce radar spatial permettrait aussi de protéger les satellites d'une autre menace, les centaines de milliers de minuscules déchets qui dérivent et qui, à l'impact, sont aussi puissants que des grenades.