La grève se poursuit lundi dans les transports

  • A
  • A
La grève se poursuit lundi dans les transports
Un train Intercité. Image d'illustration.@ AFP
Partagez sur :

Lundi, 80% des vols seront assurés par Air France. Du côté de la SNCF, c'est surtout le trafic des Intercités qui sera impacté.

L'ESSENTIEL

Alors que le projet de loi Travail arrive au Sénat lundi, plusieurs grèves se poursuivent lundi dans les transports avant des manifestions prévues pour mardi.


Les principales infos à retenir : 

  • Air France assurera lundi 80% de ses vols en moyenne.

  • Du côté de la SNCF, 9 TGV sur 10, 7 TER sur 10 et 1 Intercités sur 2 circuleront.

  • Alors le projet de loi Travail arrive lundi au Sénat, de nouvelles manifestations d'opposants sont prévues mardi.

Du côté de la SNCF. Par rapport à samedi et dimanche, le trafic des trains devrait s'améliorer un peu lundi, au 13e de jour de grève. En moyenne, 9 TGV sur 10 circuleront ainsi que 7 TER sur 10 et 6 Transiliens sur 10. Pour les Intercités cependant, seulement 1 train sur 2 sera au rendez-vous. L'Eurostar et le Thalys circuleront normalement.

Et en Île-de-France ? Si le RER A ne sera pas perturbé, 1 RER B sur deux circulera et les RER C, D et E connaîtront de légères perturbations. La SNCF conseille aux supporters de l'Euro 2016 voulant se rendre au Stade de France lundi d'"anticiper leurs déplacements". 

Dans les airs. Lundi, la compagnie Air France, confrontée depuis samedi à une grève de plusieurs syndicats de ses pilotes, prévoit d'assurer lundi 80% de ses vols en moyenne. Dans le détail, les long-courriers prendront leur service dans 85% des cas, les moyens et court-courriers dans 70% des cas. Air France a cependant précisé que des retards et des annulations de dernière minute pouvaient survenir. Le préavis de grève court jusqu'à mardi inclus.



Le coup de barre libéral du Sénat. Le Sénat à majorité de droite entame lundi l'examen du projet de loi Travail auquel il entend donner un coup de barre libéral, à la veille d'une manifestation nationale contre le texte à Paris que la CGT promet "énorme".

Les sénateurs examineront jusqu'au 24 juin le projet de loi que le gouvernement avait fait adopter à l'Assemblée nationale via l'article 49-3. Au Sénat, où cette arme constitutionnelle ne peut pas être brandie, un vote solennel est programmé le 28 juin.

Une mobilisation "énorme" mardi. À ceux qui "spéculent" sur l'essoufflement, "nous allons faire la démonstration" d'une mobilisation "comme nous n'en avons jamais connu" depuis février, prévient le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. Le 31 mars dernier, près de 390.000 personnes selon les autorités avaient manifesté dans 250 villes, 1,2 million selon les organisateurs.