La fille de Bettencourt saisit le juge des tutelles

  • A
  • A
La fille de Bettencourt saisit le juge des tutelles
Partagez sur :

La fille de l'héritière de L'Oréal a saisi un juge des tutelles pour obtenir la "protection judiciaire" de sa mère.

Nouvelle étape dans le feuilleton Bettencourt. Françoise Bettencourt-Meyers, fille de l'héritière de L'Oréal, a saisi un juge des tutelles pour obtenir la "protection judiciaire" de sa mère, a annoncé son avocat, Me Olivier Metzner, confirmant une information du site Le Point.fr. Cette procédure civile "vise uniquement à protéger Liliane Bettencourt", 87 ans, qui a accordé ces dernières années près d'un milliard d'euros de dons au photographe François-Marie Banier, a expliqué Me Olivier Metzner.

"Nous avons déjà fait une action contre le prédateur, maintenant nous faisons une action en protection de la mère de ma cliente, pour montrer qu'elle est victime et pas autre chose", a expliqué l'avocat.

"Je suis profondément choqué de voir que cette procédure, qui aurait dû rester dans l'intimité familiale, a été communiquée à la presse", a réagi Me Kiejman. L'avocat de Liliane Bettencourt estime par ailleurs qu’elle "n'a aucun besoin d'un curateur ou d'un tuteur". Il ajoute que "certes, cette demande a été accompagnée d'une lettre manuscrite très affectueuse à Liliane Bettencourt, mais cette action est scandaleuse".

Cette saisine intervient dans le cadre de la bataillequi oppose Françoise Bettencourt-Meyers au photographe François-Marie Banier. La première a déjà engagé une action au pénal à l'encontre du second, en le poursuivant devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour "abus de faiblesse". Elle estime en effet dans sa plainte que sa mère a été abusée par l'artiste, qui aurait exercé sur elle une "emprise morale" et aurait profité de sa "vulnérabilité".

Connue pour être "la femme la plus riche de France", l'héritière du leader mondial des cosmétiques L’Oréal, Liliane Bettencourt, s’est toujours défendue d'avoir été victime du photographe.

Le juge des tutelles se prononcera sans doute après l'audience programmée le 11 décembre devant le tribunal correctionnel de Nanterre. S'il décide de placer Liliane Bettencourt sous tutelle ou curatelle, elle se verrait privée de la gestion de sa richesse, qui serait confiée à un tiers.