La Corse s'enfonce dans la crise des ordures ménagères

  • A
  • A
La Corse s'enfonce dans la crise des ordures ménagères
@ AFP
Partagez sur :

Des habitants d'Ajaccio et d'autres communes de Corse ont été appelés mardi à conserver leurs ordures ménagères en raison de la fermeture de centres d'enfouissement des déchets. 

Les habitants d'Ajaccio et de nombreuses communes corses ont été appelés mardi à conserver leurs ordures ménagères en raison de la fermeture de deux des trois grands centres d'enfouissement des déchets et alors que le troisième doit fermer mercredi.

L'arrêt du ramassage des ordures. Le collectif de riverains, qui bloque depuis six jours le centre de Vico (Corse-du-Sud), a décidé de maintenir fermé ce site qui traite les déchets de la région d'Ajaccio et d'une trentaine de communes de l'Ouest de l'île. Cette décision a amené la municipalité d'Ajaccio et de nombreuses communes à arrêter le ramassage des ordures et à demander à la population de les garder chez elle en attendant un règlement du problème.

Les revendications du collectif. Ce collectif dont des membres occupent jour et nuit l'accès au centre dont ils ont bloqué le portail d'entrée, dénonce le projet d'extension du site ouvert en 2009 en pleine montagne, à une cinquantaine de km au Nord d'Ajaccio, et la limitation de son utilisation aux 33 communes prévues initialement. 

Il a aussi demandé dans un communiqué l'organisation par le Syndicat de valorisation des déchets (Syvadec) de la Corse "d'un tri performant, visant à ne mettre en décharge que les déchets ultimes, représentant une réduction de 50 % des déchets actuels". Le collectif demande encore l'arrêt des pollutions olfactives et un contrôle du fonctionnement de la décharge par un organisme indépendant.

Un autre centre fermé. Un deuxième centre de traitement des déchets, à Prunelli-di-Fiumorbu (Haute-Corse), dans la plaine orientale, est fermé depuis lundi par la municipalité. Elle accuse notamment l'État de ne pas avoir tenu ses engagements et de vouloir faire du village "la poubelle de la Corse" depuis la fermeture, fin juin, du centre voisin de Tallone, déjà saturé.