La chaîne LCP suspend le journaliste Frédéric Haziza, soupçonné d'agression sexuelle

  • A
  • A
La chaîne LCP suspend le journaliste Frédéric Haziza, soupçonné d'agression sexuelle
Frédéric Haziza est suspendu par sa chaîne, LCP.@ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Le présentateur vedette de LCP Frédéric Haziza est visé par une plainte pour agression sexuelle par une journaliste de la chaîne.

La Chaîne parlementaire (LCP) a suspendu mardi son présentateur vedette Frédéric Haziza et ouvert une enquête interne à son encontre, après une plainte d'une journaliste de la chaîne, Astrid de Villaines, pour agression sexuelle. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire dans le cadre de cette plainte déposée dimanche. Les faits se sont produits en novembre 2014 dans la rédaction et ont valu à l'époque un avertissement au présentateur, selon LCP.

Dans le sillage de l'affaire Weinstein. Dans sa plainte, dont des extraits ont été publiés par le site BuzzFeed, qui révèle l'affaire, Astrid de Villaines relate que le présentateur lui a "pincé la fesse gauche" après lui avoir bloqué le passage. "J'ai été extrêmement choquée par cet acte. J'étais comme paralysée, pendant longtemps j'étais incapable d'en parler. Quand j'ai commencé à le faire, on m'a conseillé de porter plainte mais j'hésitais", raconte-t-elle à l'AFP. "Et puis avec l'affaire Weinstein, je me suis dit qu'il fallait que je parle", explique-t-elle, précisant avoir le soutien de sa rédaction. Le délai de prescription approchant, elle a porté plainte dimanche.

"Je réitère mes excuses". "L'avertissement qui m'a été signifié il y a 3 ans, le 20 novembre 2014, m'a fait prendre conscience de l'ambiguïté de certains gestes. J'ai alors compris que j'avais pu involontairement blesser ma collègue. Je réitère mes excuses, n'ayant jamais eu l'intention d'outrager quiconque", a réagi mardi Frédéric Haziza sur Twitter. "Depuis cette date, j'ai toujours pris soin de me conformer à une attitude qui ne souffre d'aucune ambiguïté", assure-t-il. LCP a de son côté annoncé l'ouverture d'"une enquête interne menée par le secrétaire général de LCP Eric Moniot, avec un délégué du personnel et un membre du CHSCT".