L’alyah, une envie plus forte depuis les attentats

  • A
  • A
L’alyah, une envie plus forte depuis les attentats
@ AFP/LIONEL BONAVENTURE
Partagez sur :

LA TENTATION - Plus inquiets depuis les attentats, les juifs de France pensent davantage à quitter le pays pour Israël. 

Depuis les attentats et la prise d’otages de l’épicerie casher de la porte de Vincennes, les juifs de France s’inquiètent davantage pour leur sécurité. Ils sont même de plus en plus nombreux à vouloir faire l’alyah, émigrer en Terre sainte. Ces quinze derniers jours, l’Agence juive pour Israël basée à Paris a enregistré beaucoup plus de demandes de renseignement pour s’installer en Israël.

Dix fois plus de demandes. Depuis les attentats du 7, 8 et 9 janvier, l’Agence juive pour Israël croule sous les coups de fil. En l’espace de quinze jours, plus de 3.000 personnes se sont inscrites à des réunions d’information à Paris pour émigrer en Israël. Habituellement, l’Agence juive reçoit 300 demandes pour rallier Jérusalem, Tel-Aviv ou Haïfa en l'espace de 15 jours.

>> LIRE AUSSI - La fréquentation des écoles juives a baissé depuis les attentats

"Il y a une peur". Daniel Benhaïm, directeur de l’Agence juive pour Israël, tente d’expliquer cette soudaine envie d’exil. "Ce chiffre indique qu’il y a une peur", lâche-t-il sans détour. "Il est très probable que les attentats poussent à prendre une telle décision. On ne peut d’ailleurs pas déconnecter le nombre importants de juifs qui ont fait leur alyah en 2014 avec les attentats perpétrés par Mohamed Merah en 2012" (le terroriste avait notamment tué quatre personnes devant le collège juif Otzar Hatorah de Toulouse, nldr).

Un soldat près d'une école juive, 1280x640

© AFP/JOEL SAGET


L’agression de trop. Après la tuerie de Mohamed Merah à Toulouse il y a deux ans, la prise d’otages et l’exécution de quatre personnes dans l’épicerie casher de la porte de Vincennes par Amédy Coulibaly a été l’agression de trop. Stéphanie et sa famille ont fait le choix de l’alya il y a peu de temps. "On a déjà entamé pas mal de démarches", explique-t-elle. "J’aime bien habiter en France mais on ne peut plus habiter ici. C’est très difficile d’accepter qu’un endroit où on va faire nos courses toutes les semaines soit touché par un homme qui souhaite tuer des juifs. On ne se sent vraiment plus en sécurité".



Des prévisions encore à la hausse en 2015. Le nombre de personnes qui font leur alya a sérieusement augmenté l’année dernière. 7.231 Français se sont ainsi installés en Israël en 2014, contre 3.293 en 2013. Et cette tendance ne devrait pas s’inverser. l’Agence juive pour Israël prévoyait 10.000 alyah en 2015. Mais cette prévision a été réalisée… avant les attentats de l’Hyper Cacher. 

>> LIRE AUSSI - L'émigration des juifs de France vers Israël a doublé en 2014