"Jungle" de Calais : une éthnie éthiopienne transforme son départ en marche politique

  • A
  • A
"Jungle" de Calais : une éthnie éthiopienne transforme son départ en marche politique
Les Oromo de Calais ont tenté d'alerter sur la situation de leur ethnie.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Plus de 100 migrants ont agité des drapeaux aux couleurs de l'ethnie éthiopienne oromo, le temps de rejoindre leurs bus respectifs.

Une petite centaine d'Éthiopiens de l'ethnie oromo a transformé lundi après-midi son départ de la "Jungle" de Calais en marche politique pour dénoncer les persécutions dans leur pays. Aux cris de "oromo, free Oromia" les manifestants ont quitté la "Jungle" à pied pour rejoindre le hangar où les attendaient des bus qui devaient les emmener vers des centres d'accueil et d'orientation (CAO) en régions.

Des migrants très politisés. Entourés d'une nuée de journalistes présents sur le campement pour le premier jour du démantèlement, ces manifestants ont parcouru les 300 mètres de route de la zone industrielle en agitant des drapeaux aux couleurs de leur ethnie, les poings croisés au dessus de la tête. "Ils sont très politisés, ils étaient à peu près 200 à 300 sur le camp, dont des mineurs", explique Mourad Derbak, de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides, qui les a encadrés. Ces quelque 80 Oromos, qui vivaient dans la zone nord du bidonville près du centre Jules Ferry, se sont ensuite séparés en 2 groupes pour le départ.