Journées du patrimoine : l'Elysée passionne les foules

  • A
  • A
Journées du patrimoine : l'Elysée passionne les foules
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

A l'occasion des journées du patrimoine, les visiteurs se sont bousculés au portail de l'Elysée samedi pour découvrir la coulisse de vie de château du président.

Samedi, toute la journée, le feutre des tapis rouges a crissé sous le pas de centaines de curieux venus découvrir les fastes de l'Elysée. Comme chaque année à l'occasion des journées du patrimoine, l'Elysée remporte un succès non démenti auprès du grand public. Dans les jardins présidentiels ou sous les ors de la République, ils étaient nombreux à braver les six heures d'attente pour pénétrer dans le saint des saints.

Charme français. Parmi eux, un touriste américain, particulièrement marqué par le protocole et la dignité des lieux, s'extasie : "J'adore la politesse des gens ici. Ils montrent leur respect à tout le monde ! Je suis impressionné par l'accueil chaleureux. C'est le charme français." 

Confidence gastronomique. Un peu plus loin, ils sont plusieurs à investir le bureau de François Hollande. Les badauds dévorent des yeux le décorum. Et n'omettent aucun détail : "A côté de son bureau, il a toute la presse, dont l'intégrale de Charlie Hebdo", note consciencieusement l'un d'entre eux. Réponse amusée d'un autre curieux : "Il a aussi un livre sur Obama. C'est marrant parce que tu te dis qu'Obama doit pas avoir un livre sur Hollande, lui." Sidonie, 8 ans, triomphe. Elle a pu poser une question au président. Et lui arracher une confidence gastronomique d'importance : "Je lui ai demandé s'il aimait les pâtes, et il m'a répondu qu'il mangeait de tout !", minaude la fillette.



Marchandage en coulisse. Dans la coulisse, un troisième groupe découvre les cuisines du palais, et le maître des lieux, le cuistot. La discussion s'engage, tourne vite au marchandage : "On voulait lui acheter la bouilloire, mais il a pas voulu. Une bouilloire de dix litres en cuivre, très belle ! Il nous a répondu que de toute façon, c'était trop cher. Mais il n'a pas osé donner une estimation." Le tour du propriétaire achevé, personne ne manque de prendre la traditionnelle photo sur le perron de l'Elysée. Un cliché souvenir, avant de revenir l'année prochaine ?