Journée des droits des femmes : le bad buzz de la SNCF

  • A
  • A
Journée des droits des femmes : le bad buzz de la SNCF
La direction nationale de la SNCF a annulé l'opération. (Illustration)@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Pour célébrer le 8 mars, une initiative locale de la SNCF voulait offrir des chocolats aux femmes dans le TGV Paris-Lyon. Mais aux femmes de 1ère classe uniquement.

"Pas de 1ère classe, pas de chocolats", c'est le coup de com dont la SNCF se serait sûrement bien passée en cette journée internationale des droits des femmes. Pour célébrer le 8 mars, une initiative locale de la SNCF prévoyait de distribuer des chocolats aux passagères dans le TGV Paris-Lyon. Mais aux passagères de 1ère classe uniquement. Face à la polémique montante, la direction nationale a annulé l'opération, la jugeant "contraire aux valeurs de la SNCF", indique LCI.

C'est un tweet de la CGT Cheminots qui a rendu l'affaire publique dès mercredi. La section locale du syndicat indique qu'il était conseillé au personnel de participer à la "journée internationale des femmes" en leur offrant des chocolats "dans les espaces PRO 1ère". "Pas d'attention particulière pour les femmes de 2ème classe !" La philosophie #macron gangrène la #SNCF ! Opération annulée", indique le tweet. 



Une initiative "déplacée", selon la direction nationale. Interrogé par LCI, un représentant de la fédération CGT Cheminots a confirmé l'authenticité de l'initiative. "Les consignes étaient effectivement de ne donner des chocolats qu'aux femmes de 1ère classe. On est intervenu parce-que pour nous, c'était remettre une couche sur une discrimination". "Il s'agit d'une initiative locale sur l'axe TGV Sud-Est, déplacée et complètement contraire aux valeurs de la SNCF données en interne depuis des années", s'est défendu auprès de LCI la direction nationale. "Toutes les animations sexistes - comme des ateliers maquillage ou cup cakes - prévues à l'occasion du 8 mars sont interdites", a t-elle poursuivi.