Johnny va "très bien" selon son producteur

  • A
  • A
Johnny va "très bien" selon son producteur
Partagez sur :

Le chanteur, dont les examens sont "très satisfaisants", doit sortir de l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine en fin de semaine.

"Tout va très bien" assure Jean-Claude Camus. Le producteur de Johnny Hallyday se veut rassurant quant à la santé de l'idole des jeunes, entré à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine, mercredi pour subir des examens à la demande des assureurs de sa tournée. "Cependant, les médecins l'ont jugé suffisamment fatigué, conséquence de sa chute sur un bateau, il y a une huitaine de jours dans le sud de la France et de sa tournée des stades, pour le garder 4 jours supplémentaires à l'hôpital américain de Neuilly", a-t-il ajouté.

Ce check-up décidé "contre son gré", selon son entourage, par les assureurs de la tournée, intervient après une chute décrite sans gravité qui s'est produite sur le yacht que Johnny Hallyday louait à l'occasion de la série de shows qu'il a donnés à Monaco du 18 au 23 juillet. Le chanteur, âgé de 66 ans, s’était alors déboîté partiellement la hanche dont il a été opéré en 1983.

Son contrat prévoyait qu’il devait informer ses assureurs de chaque incident. D’où la batterie d’examen exigée avant le début de la deuxième partie de sa tournée "Tour 66", prévu le 25 septembre avec un concert à Lille. Pour Jean-Claude Camus, la star fait les frais de la mort brutale de Michael Jackson, qui a quelque peu échaudé les assureurs.

Selon son producteur, rien n'empêchera Johnny de reprendre la route dès son retour de vacances. Il l'a dit, mardi matin, sur Europe 1, au micro d'Aymeric Caron :

Depuis le coup d'envoi de cette "dernière" tournée, à Saint-Etiennedébut mai, Johnny s'est produit une trentaine de fois en France, en Belgique et en Suisse.

Selon l'entourage de la star et de plusieurs autres artistes, les assureurs spécialisés dans les tournées auraient récemment renforcé leurs conditions suspensives à la fois techniques et médicales. La crise économique, mais aussi des cas exceptionnels comme la mort du Roi de la Pop et l'accident mortel pendant le montage du dispositif scénique de la tournée de Madonna à Marseille, seraient à l'origine de cette exigence.