Gard : "J'ai juste eu le temps de sauver mon fils de l'inondation"

  • A
  • A
Gard : "J'ai juste eu le temps de sauver mon fils de l'inondation"
@ Maxppp
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Fabrice tient un gite à Sainte-Anastasie, près d'Uzès dans le Gard. Hier soir, il est tombé autant de pluie en douze heures qu'en trois mois. Un traumatisme pour le gérant.   

L'info. C'est un des villages les plus touchés par les fortes intempéries qui frappent le Gard depuis plusieurs jours maintenant. Sainte-Anastasie, à quelques kilomètres d'Uzès, a subi des précipitations sans précédent : il a plu autant les douze dernières heures que sur les trois derniers mois. Un déchaînement qui a eu des conséquences graves pour Fabrice, gérant d'un gite dans le village, qui a tout de même pu préserver l'essentiel : sa santé et celle de son fils. Il se confie au micro de l'envoyée spéciale d'Europe 1 sur place : " C'est monté d'un coup, j'ai juste eu le temps d'attraper mon fils avant que la vague surgisse et détruise tout. Là, on est revenu tout à l’heure sur le site, c’est en sale état. 1m50 d’eau, ça fait une plaie ! C’était un gite de 70 places, trois piscines, 2 hectares et demi, après il y a pas grand-chose à dire de plus. Mon gamin est là, on va bien, c’est le principal. Et puis on a un grand soutien de la famille, des amis, et des autres personnes du village. Après, ce qui est dur, c’est de se dire que ça peut recommencer. Mais si on surveillait un peu plus les rivières et on construisait un peu moins à l’arrache, peut-être qu’il y aurait moins de drames."

Intempéries-femmes

>> LIRE AUSSI : Le point sur les intempéries après une nuit agitée

590 pompiers sur place. La voix étranglée, Fabrice tente de se rassurer. Il n'est pas le seul à avoir tout perdu dans la nuit de vendredi à samedi. Trois autres maisons ont pris feu après que la foudre a frappé dans le département. C'est une succession de violents orages qui se sont déclenchés en deux heures seulement d'Alès à Nîmes qui ont causé le plus gros des dégâts. Une cinquantaine de personnes a été secourue par les 590 pompiers dépêchés sur place, qui ont passé la nuit les yeux rivés sur les cours d'eau et les routes du département.Deux hélicoptères "Puma" de l'armée française, capables de transporter 20 personnes à la fois, devraient être mobilisés pour aider les pompiers.

>> LIRE AUSSI : Pourquoi le sud-est doit s'inquiéter ?

parapluie