Insécurité routière : "Une vie en fauteuil, c'est long"

  • A
  • A
Insécurité routière : "Une vie en fauteuil, c'est long"
Dominique, accidentée de la route en 2007, parle d'elle-même comme d'une "miraculée" @ COR / AFP
Partagez sur :

SECURITE ROUTIÈRE - Le nombre de tués sur les routes a bondi de 20% sur un an. Dominique a survécu à un accident au volant, elle implore chacun d'entre nous d'être vigilant.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

"Responsabilité collective", réclame Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur a réagi vendredi aux chiffres catastrophiques de la sécurité routière publiés la veille, avec près de 20% de tués en plus par rapport à juillet 2014. Le ministre était vendredi matin à l'hôpital de Garches, lieu qui accueille beaucoup de grands blessés de la route.

Europe 1 y a rencontré Dominique. Le destin de cette femme a basculé en 2007 après un accident de la route. Elle tient aujourd'hui à alerter tous les Français quant aux dangers du volant.

Une "miraculée". C'est en fauteuil qu'elle témoigne au micro d'Europe 1. Celle qui se décrit comme une "miraculée" porte un regard très sévère sur les chiffres de la sécurité routière : "C'est désolant que les gens ne fassent pas attention". Un accident, dit-elle, "ça vous change la vie et après c'est très difficile !"



Dominique Europe 1 714

Dominique vit en fauteuil roulant depuis son accident, il y a 8 ans




L'accident de la route de Dominique remonte à Noël 2007. Passagère du véhicule, elle est victime d'un problème de freins. La voiture termine sa course dans un fossé après huit tonneaux. Depuis, elle s'estime "prisonnière" de son corps. "Une vie en fauteuil, c'est long", déclare Dominique, qui met en avant les conséquences de son handicap sur son quotidien. "On ne peut plus travailler comme on le voudrait ! Il faut faire appel à quelqu'un pour tout… Un objet devant vous, vous n'êtes pas capable de le ramasser !"

"Tout est compliqué". Tétraplégique, Dominique est confrontée aux soucis régulièrement rapportés par les personnes handicapées. "Vous voulez entrer dans un endroit, il y a une marche : vous ne pouvez pas y entrer ! Tout est compliqué ! Il faut faire de la kiné tout le temps pour pouvoir survivre", dit la jeune femme.

Depuis son accident, Dominique a subi deux opérations pour tenter de récupérer l'usage de ses deux bras. Après quatre ans passés à l'hôpital de Garches, Dominique vit désormais dans une maison de rééducation et ne travaille plus.