Inondations : les deux Allemands disparus retrouvés vivants

  • A
  • A
Inondations : les deux Allemands disparus retrouvés vivants
Deux personnes sont toujours recherchées dans le secteur d'Antibes@ AFP
Partagez sur :

Le bilan des graves inondations qui ont ravagé une partie de la Côte d'Azur samedi s'élevait mardi à 20 morts. Les deux Allemands portés disparus ont finalement été retrouvés sains et saufs à Villeneuve-Loubet. Les secours restent à la recherche de deux personnes à Cannes. 

L'ESSENTIEL

Ils n'ont donné aucun signe de vie depuis les pluies torrentielles qui se sont abattues sur le sud de la France dans la nuit de samedi à dimanche. Deux personnes sont officiellement portées disparues, et le bilan de 20 morts pourrait donc encore s'alourdir. En revanche, les deux Allemands qui étaient disparus ont été retrouvés sains et saufs à Villeneuve-Loubet, a annoncé mardi la préfecture des Alpes-Maritimes.


LES TROIS INFOS A RETENIR

- Les inondations ont fait 20 morts
- Deux personnes sont portées disparues
- La solidarité s'organise pour venir en aide aux sinistrés

Un bilan provisoire. Le bilan des morts et des disparus sur la Côte d'Azur est donc toujours officiellement "provisoire", et le restera tant que les délicates opérations de secours et de déblaiement n'ont pas été menées à leur terme. Mais ces inondations sont déjà parmi les plus meurtrières de ces dernières années, avec 20 morts, dont un Britannique, une Italienne et un Portugais.

'Ça sent mauvais'. Sur place, bénévoles et habitants continuaient d'unir leurs efforts pour effacer les stigmates des violents orages et des torrents de boue qui ont ravagé cette région, habituée à accueillir des touristes du monde entier. A Biot, où trois pensionnaires d'une maison de retraite ont péri noyés, plusieurs dizaines de bénévoles s'étaient armés lundi de balais, de raclettes, de seaux et de pelles pour aider les sinistrés.

De la boue, "il y en a partout, ça sent mauvais et ça s'infiltre: ça fait gonfler les meubles", déplore une sinistrée, qui estime à "trois ou quatre jours" le temps nécessaire pour remettre en état son logement. 

Toujours des coupures d’électricité. Les équipes d'ERDF tentaient de ramener le courant aux 1.800 foyers qui en étaient toujours privés mardi matin. Vers 8h30, 1.200 foyers étaient sans électricité à Mandelieu, 570 à Cannes et 66 à Antibes, précisait la préfecture qui réitère ses "consignes de grande prudence concernant les coffres électriques et les câbles à terre".

La SNCF très impactée. Le trafic ferroviaire restait lui très perturbé entre Les Arcs dans le Var et Nice. Seul un TGV, contre une dizaine habituellement, pourra se rendre à Nice depuis Paris. Tous les autres s'arrêteront à Toulon, a-t-on appris auprès de la SNCF. La circulation des TER est également très difficile dans le département des Alpes-Maritimes: il n'y a notamment aucun train entre Grasse et Cannes, remplacé par des cars, et seulement quatre allers-retours entre Marseille et Nice. 

La compagnie ferroviaire doit faire face à "de graves dommages" dans la gare de Cannes, de "gros dégâts sur les voies entre Saint-Raphaël (Var) et Cannes" et des "arbres tombés sur les voies entre Grasse et Cannes". En conséquence, les trains ne circulent que sur une seule voie sur une vingtaine de kilomètres, avec une signalisation défaillante, qui oblige à limiter la vitesse des rames à 30 km/h. La SNCF espérait récupérer une partie de la seconde voie dans la journée et prévoyait un retour progressif à la normal d'ici samedi au plus tôt.

Des écoles encore fermées. Le lycée Jules-Ferry à Cannes devait rester fermé mardi, tout comme le collège des Mûriers, également à Cannes, qui ne devait rouvrir que jeudi, indiqué pour sa part l'académie de Nice. Une quinzaine d'écoles maternelles et primaires étaient également fermées ou perturbées dans les communes de Cannes, Valbonne, Biot, Vallauris et Mougins. Les communes "s'efforcent de mettre en place un accueil pour les élèves", précise l'académie.

Pas de chiffrage des dégâts pour le moment. Côté financier, les sinistrés ont commencé à faire leurs comptes. La veille, François Hollande avait annoncé que l'état de catastrophe naturelle serait déclaré dès mercredi en Conseil des ministres, un point clé pour le versement des indemnisations. "Je crois qu'il est prématuré de donner des chiffres, nous ne connaissons pas l'ensemble des entreprises qui ont été impactées. Nous essayons d'avoir le plus rapidement possible un état complet, objectif, vérifié", a commenté le préfet Adolphe Colrat, qui a reçu dans la journée le président de la fédération nationale des assurances Bernard Spitz.

Il sera possible de faire une évaluation "pertinente" du coût des dégâts "vers le milieu ou la fin de la semaine", a estimé ce dernier.