Inondations de 2014 : le maire de Lamalou-les-Bains mis en examen pour homicide involontaire

  • A
  • A
Inondations de 2014 : le maire de Lamalou-les-Bains mis en examen pour homicide involontaire
La crue soudaine d'une rivière à Lamalou-les-Bains a détruit en 2014 un camping à la suite de violents orages.@ Max PPP
Partagez sur :

En septembre 2014, une violente crue de la rivière Bitoulet a fait trois morts au camping municipal de Lamalou-les-Bains dans l'Hérault.

Le maire DVG de Lamalou-les-Bains, dans l'Hérault, Philippe Tailland a été mis en examen pour homicide involontaire dans le cadre d'une information judiciaire ouverte après les inondations meurtrières de septembre 2014, selon une source judiciaire.

Trois mises en examen. Au total, six personnes ont été entendues depuis mardi dans les locaux de la gendarmerie de Pézenas puis déférées à Béziers dans cette affaire. Outre Philippe Tailland, deux employés de la commune, l'un en charge du camping et l'autre des travaux ont eux aussi été mis en examen pour homicide involontaire,selon la même source. Trois autres personnes, dont Marcel Roques, le prédécesseur de Philippe Tailland, maire DVD de la station thermale de 1989 à 2014, et deux responsables municipaux, ont été déférées jeudi dans l'après-midi devant un juge d'instruction de Béziers désigné après l'ouverture d'une information judiciaire.

Un camping en zone inondable. Dans la nuit du 17 au 18 septembre 2014, une violente crue de la rivière Bitoulet avait provoqué la mort de quatre personnes dans la station thermale, située à 35 km au nord de Béziers. Les victimes, un couple et une femme et sa fille, séjournaient dans le camping municipal qui surplombait d'environ 3 mètres le cours d'eau, long d'une dizaine de kilomètres qui se jette dans l'Orb. Installé en 1982, le camping municipal était placé dans une zone déclarée inondable en 1989 dans ce département fréquemment touché par des orages cévenols, qui provoquent des crues brutales, engendrant à leur tour des inondations destructrices.