Incendies : "La forêt méditerranéenne, c'est comme si on vivait à côté d'un volcan"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La sécheresse, les températures caniculaires et les vents violents constituent des conditions favorables aux départs de feux dans le bassin méditerranéen.

En Haute-Corse, les incendies qui se sont déclarés vendredi sont désormais contenus, après avoir parcouru plus de 2.000 hectares, sans faire de victimes. Néanmoins les pompiers restent toutefois mobilisés pour éviter toute reprise de feu. Car entre sécheresse et vents violents qui attisent les flammes, le secteur du bassin méditerranéen est particulièrement propice aux incendies, comme l'explique au micro d'Europe 1 Grégory Allione, vice-président des sapeurs-pompiers de France.

Des terres qui se sont asséchées. Selon ce spécialiste des incendies, ce ne sont pas les feux violents de cet été qui sont exceptionnels mais plutôt la période d'accalmie qui les a précédés. "La situation exceptionnelle, c'était auparavant lorsque les années étaient sans période de sécheresse. Jeter un mégot de cigarette il y a quelques années, n'avait pas les conséquences que cela peut avoir aujourd'hui". C'est d'ailleurs cette raison qui a été évoquée pour expliquer l'incendie qui a ravagé 800 hectares de forêt dans les Bouches-du-Rhône en juillet.

Des conditions climatiques favorables. La sécheresse, la canicule et les vents forts favorisent le départ et la violence des feux de ces dernières semaines, selon Grégory Allione. "Les végétaux sont prêts à brûler, on a énormément de températures élevées, on était dans une phase de canicule encore la semaine dernière dans les départements du Sud de la France. On a des vents qui sont relativement forts dans l'ensemble des massifs méditerranéens. Ce sont des conditions très sévères pour conditionner des départs [de feux] et favoriser des éclosions qui prennent des dimensions dramatiques."

"Un volcan". "C'est un risque que nos aïeux connaissaient et que nous avons oublié. La forêt méditerranéenne, c'est comme si on vivait à côté d'un volcan, donc il faut s'en rappeler au quotidien."