Bouches-du-Rhône : les incendies désormais maîtrisés, un homme interpellé

  • A
  • A
Bouches-du-Rhône : les incendies désormais maîtrisés, un homme interpellé
Près de 3.300 hectares de garrigue ont été détruits.
Partagez sur :

Les violents incendies s'étant déclenchés, mercredi, près de Marseille, ont été maîtrisés dans la journée de jeudi.

L'ESSENTIEL

Grâce à des "conditions plus favorables" dans la nuit de mercredi à jeudi, les feux violents ayant démarré mercredi au nord de Marseille, étaient désormais maîtrisés jeudi dans la journée. En deux jours, des feux se sont propagés sur plus de 3.000 hectares de garrigue. Près de Marseille, des évacuations ont eu lieu tout au long de la soirée de mercredi.

LES INFORMATIONS À RETENIR :

  • Plus de 3.000 hectares ont brûlé depuis le départ du feu mercredi, vers 15h30. 

  • En fin de journée jeudi, ils étaient encore 1.200 pompiers mobilisés. 

  • Un homme a été interpellé, mercredi soir. 

  • Trois personnes ont été blessées dont une grièvement.

Un homme interpellé, Hollande promet de retrouver les responsables.Mercredi soir, un homme d'une cinquantaine d'années a été interpellé et placé en garde à vue. Son comportement suspect avait alerté des riverains à Vitrolles. Les policiers cherchent désormais à déterminer s'il peut être à l’origine d'un ou plusieurs départs de feu.

Jeudi après-midi, le président François Hollande a promis que les auteurs des incendies seraient retrouvés, tout en saluant "le travail exceptionnel" des pompiers et des secours. "Nous retrouverons leurs auteurs", a promis le président de la République, en marge d'une visite à l'école de gendarmerie de Tulle. "Il doit y avoir des punitions qui doivent être effectuées et qui doivent être prononcées", a-t-il ajouté.

Le feu maîtrisé. Jeudi matin, et tout au long de la journée, les opérations se poursuivaient alors que les conditions étaient devenues plus favorables dans la nuit. Peu après 7 heures, jeudi matin, le feu était ainsi "fixé" et ne progressait plus. Dans la soirée, le feu était maîtrisé. 

Dans la nuit, les pompiers avaient pourtant dû faire face à la propagation du feu. "On a eu des sautes de feu importantes de plusieurs centaines de mètres. Le feu qui était sur la colline en face a traversé la route. Il est très important de traiter ses sautes de feu de manière à ne pas avoir plusieurs feux en même temps. C'est encore un combat difficile compte tenu de la violence de ce feu et de l'ampleur des zones à protéger", avait expliqué le colonel Nicolas Faure sur Europe 1.

De nombreuses évacuations. Sur les communes de Saint-Victoret, des Pennes-Mirabeau et de Vitrolles, le feu trop proche des habitations a poussé les pompiers à évacuer plusieurs milliers de personnes. D'après le centre de crise de la mairie de Vitrolles, environ 10.000 personnes auraient été impactées depuis le départ du feu et 1.000 d'entre elles évacuées. Sur place, beaucoup ont passé la nuit dans le gymnase mis à disposition par la mairie. "J'ai vu plein de fumées et le petit parc à coté de la maison qui a plein de végétation et pleins d'arbres étaient en feu. C'est impressionnant et c'était irrespirable donc on est parti avec les enfants", témoigne Cécile, qui a évacué sa maison dès mercredi après-midi.

Trois blessés, dont un grave. Trois personnes ont aussi été blessées. "On déplore trois blessés par brûlures dont un grave dans la population. Une vingtaine de pompiers ont été incommodés par des fumées, ainsi qu'une dizaine de policiers", a déclaré le directeur de cabinet du préfet, Jean Rampon. Côté matériel, trois habitations ont été détruites et 17 endommagées, 11 véhicules, un restaurant et un garage automobile ont été détruits, un groupe scolaire a subi des dommages et 300 usagers ont été privés d'électricité.

1.200 pompiers mobilisés. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a précisé que "vingt colonnes de sapeurs-pompiers" sont arrivées "de toute la France" pour relever leurs collègues, mobilisés depuis plusieurs jours sur divers incendies (dans l'Hérault, les Bouches-du-Rhône et les Pyrénées-Orientales), en cette période de sécheresse dans le Sud.

Jeudi, encore 1.200 pompiers étaient mobilisés dans les Bouches-du-Rhône, mais le dispositif devait être progressivement allégé, selon le lieutenant-colonel Nicolas Faure, des sapeurs pompiers. "Demain il sera beaucoup plus léger. Nous allons vers une amélioration", a-t-il déclaré. Le mistral, qui avait attisé la veille les divers foyers, est demeuré faible jeudi. Toutefois, les pompiers s'employaient toujours à "noyer les points chauds", a précisé Nicolas Faure, expliquant que par endroits, des "braises dans la végétation" sont toujours actives et susceptibles de relancer les flammes.