Homme abattu en plein centre-ville dans la Marne : le tireur mis en examen

  • A
  • A
Homme abattu en plein centre-ville dans la Marne : le tireur mis en examen
L'homme a été mis en examen pour assassinat (illustration).@ JACK GUEZ / AFP
Partagez sur :

Un homme s'est rendu de lui-même à la gendarmerie et a reconnu avoir tué un homme par balles dimanche à Sézanne, pour une affaire de jalousie.

Un individu a été mis en examen pour l'assassinat par balles d'un homme en plein centre de Sézanne, dans la Marne, dimanche au petit matin, a indiqué mardi le parquet de Reims. Cet homme de 26 ans, qui a reconnu les faits, a été mis en examen pour "assassinat" et incarcéré provisoirement dans l'attente du débat contradictoire qui se tiendra vendredi. "Cette affaire passe de l'insignifiant au dramatique", a résumé Matthieu Bourrette, le procureur de la République de Reims, lors d'une conférence de presse : à l'origine du drame, une dispute de couple en discothèque, "sur fond de séparation et de jalousie", qui a mal tourné.

Il tire deux coups de feu à travers la porte. Dimanche, trois individus se sont rendus à l'adresse où est hébergée la femme du couple et où se trouve aussi le futur défunt. Suite à une première altercation, la bande est revenue accompagnée d'un quatrième individu, le frère de l'un des membres du groupe, équipé d'une arme de poing, "probablement un revolver à grenaille". La victime a maîtrisé cet homme qui, quelques minutes après avoir quitté les lieux, est revenu armé d'un fusil. Il a tiré deux coups de feu à travers la porte d'entrée, dont l'un a blessé mortellement la victime, a-t-il poursuivi.

La bande se rend à la gendarmerie. Les faits se sont déroulés dans le centre de Sézanne, ville d'un peu plus de 5.000 habitants située dans le sud-ouest de la Marne. Les mis en cause se sont rendus d'eux-mêmes à la gendarmerie et ont été placés lundi en garde à vue. Trois d'entre eux ont été libérés. L'auteur des coups de feu a "entièrement reconnu les faits" et a expliqué qu'il était "très attaché" à son frère, a indiqué le parquet. Ce père de famille, soudeur de profession, encourt la réclusion à perpétuité.