Hollande rend hommage au Chemin des Dames, emblème de la souffrance des soldats

  • A
  • A
Partagez sur :

Le Chemin des Dames, c'est le symbole de la boucherie de la guerre 14-18 : en une semaine, 40.000 poilus sont tués.

Jamais de président de la République n'a commémoré officiellement, dans une cérémonie nationale, la mémoire du Chemin des Dames. François Hollande présidera ce dimanche le centenaire de la bataille à Cerny-en-Laonnois, dans l'Aisne, une première pour un chef d'Etat, donc. Le président va se rendre sur les sites marquants de la bataille du Chemin des Dames, comme "la caverne du dragon", ancienne carrière transformée en caserne, aux côtés de l'ambassadeur d'Allemagne, avant de se rendre à la nécropole nationale qui abrite les restes des soldats français morts dans les combats.

En une semaine, 40.000 poilus sont tués. Une offensive qui a été un véritable massacre côté français. En une semaine, 40.000 poilus sont tués. C'est une offensive qui se transforme en calvaire pour les soldats français. Le million d'hommes mobilisés, les chars et les armes n'y feront rien. Les Allemands se protègent dans des cavernes souterraines et brisent les vagues d'assaut françaises.

Le Chemin des Dames, c'est le symbole de la boucherie de la guerre 14-18, alors que les Français partaient confiants, explique Nicolas Offenstadt, historien spécialiste de la grande guerre* : "on y croyait beaucoup au Chemin des Dames, non seulement le commandement, mais aussi les soldats ! Ils pensaient en finir avec la guerre, et ils le disent dans leurs lettres : 'on va donner un coup de collier mais c'est fini, on va rentrer chez nous !' D'où la déception". 

vvvvvvvvvvvvvv

Beaucoup de soldats se révoltent alors, épuisés par trois ans de guerre. C'est l'époque des mutineries : ils refusent de monter à l'assaut, et entonne une chanson, le "chant de Craonne", pour dénoncer une offensive ratée et un massacre inutile :


11 novembre 1918 2007par mg83

Quelque 600 soldats français seront condamnés à mort, et 75 exécutés pour s'être révoltés. Qu'un président de la République commémore aujourd'hui la mémoire de cette bataille, disent plusieurs historiens, est un symbole. C'est la reconnaissance du Chemin des Dames comme un lieu emblématique de la souffrance des soldats, et de leur refus de la guerre.

*"Le chemin des dames" aux editions Tempus