Héritage de Johnny Hallyday : un accord entre Laura, David et Laeticia est-il possible ?

  • A
  • A
Héritage de Johnny Hallyday : un accord entre Laura, David et Laeticia est-il possible ?
@ ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :

La bataille judiciaire pour l'héritage de Johnny Hallyday s'annonce longue et complexe. Si Laura et David ont choisi l'exposition médiatique, est-ce justement parce que la procédure aura du mal à aboutir dans sa voie classique ?

À coups de communiqués, c'est un clan Hallyday déchiré qui s'est mis en lumière en l'espace de 24 heures. Laura et David, les deux premiers enfants de Johnny Hallyday, ont décidé de mener "toutes les actions de droit" pour que le testament de leur père, qui confierait "l'ensemble de son patrimoine et l'ensemble de ses droit d'artiste" à sa seule épouse Laeticia, ne puisse pas s'appliquer.

Laeticia, seule légataire. Au cœur de cette "bataille", une différence de taille entre le droit français et américain. Johnny Hallyday vivait en effet en Californie avec son épouse et leurs deux filles, Jade et Joy. Son testament a donc été rédigé en conformité avec le droit américain, qui permet une répartition au bon vouloir du légataire. "Mais ces dispositions extravagantes contreviennent manifestement aux exigences du droit français", a dénoncé Laura Smet, lundi. Quelques heures plus tard, Laeticia a réagi, faisant part de son "écœurement" suite à cette "irruption médiatique".

"L'émotion de l'opinion publique". Mais pourquoi avoir justement choisi de mener ce combat judiciaire sur la place médiatique ? "Le fait de rendre publique l'action que mènent David et Laura, ça donne le sentiment que, juridiquement, ils n’ont pas beaucoup de chance de parvenir à leurs fins, mais qu'ils cherchent l'émotion de l'opinion publique pour ouvrir une négociation avec Laeticia sur le sujet", estime au micro d'Europe 1 Yves Bigot, ancien patron de la maison de disques Mercury, qui connaissait bien Johnny.

Une procédure longue. D'ores et déjà, les spécialistes du droit de succession prédisent une procédure longue et complexe. Le point juridique sur lequel les avocats vont se battre, c'est de savoir quel est le dernier lieu de résidence de Johnny Hallyday. La Californie, ou la France, où l'idole des jeunes se faisait soigner ces derniers mois, alternant entre sa maison de Marnes-la-Coquette et les hôpitaux. Pour définir ce lieu de résidence, un grand nombre de critères entrent en compte, notamment ses liens avec le pays, l'endroit où il passait le plus de temps… Autre question : quand Johnny a-t-il rédigé ce dernier testament ? Quatre versions auraient été écrites en dix ans. Mais était-il en possession de tous ses moyens quand il a paraphé la dernière ?

Geler les biens de Johnny. Pour l'avocat Roland Pérez, chroniqueur sur Europe 1, "cette affaire va donc connaître de très longs débats judiciaires". "La Cour de cassation va peut-être se prononcer dans dix ans. Ça veut dire que tous ses biens vont être gelés, à savoir les biens immobiliers, les droits musicaux… Ils vont être versés, mais probablement bloqués sur des comptes", explique-t-il dans la Matinale de Patrick Cohen, mardi. C'est ce que l'on appelle des "mesures conservatoires". En clair : faire l'inventaire des biens du chanteur et empêcher Laeticia Hallyday de les dilapider avant le rendu d'une décision de justice. "Mais il faut bien que l'héritière présumée puisse vivre. En considération des aléas de la justice, est-ce qu'un accord ne sera pas scellé avant l'issue de la procédure ?", interroge-t-il.

En jeu : un héritage évalué à 100 millions d'euros, composés de villas à Marnes-la-Coquette, Los Angeles ou Saint-Barthélémy, mais aussi de voitures ou motos de collections. Sans oublier les droits d'édition et d'interprétation sur son catalogue d'un millier de chansons.